TOURNAI

Martine revêt ses habits de fête pour le carnaval

Martine est une Tournaisienne dans l’âme. Des racines que la célèbre héroïne doit à ceux qui lui ont donné vie au travers de multiples albums, Marcel Marlier et Gilbert Delahaye.

Quoi de plus normal, dès lors pour la jeune fille, d’ordinaire si sage, que de s’associer à la fièvre carnavalesque qui se prépare sur les terres qui l’ont vu naître. Cela tombe bien, elle s’est trouvé une joyeuse bande de copines pour la déguiser, ainsi que son chien Patapouf, ce dimanche matin.

Cette mise en costume organisée à la rue Perdue, là où trône une statue à son effigie, on la doit à la confrérie des Spirouettes qui a eu envie de marquer le coup à quelques jours du carnaval. Le tout avec la complicité du dessinateur Serdu, qui a accepté de croquer l’événement fort de son coup de crayon atypique.

«Martine, c’est un peu notre Manneken Pis, sourit la Kainoise Annick Ramu, secrétaire des Spirouettes. Ce qui nous relie avec elle, c’est l’univers de la bande dessinée et des livres jeunesse. Comme pour Spirou qui est indissociable du petit écureuil Spip, Martine est aussi très attachée à son fidèle compagnon Patapouf».

Autre parallèle avec la fillette d’une dizaine d’années, les Spirouettes en ont vécu des aventures au fil des décennies. Si la confrérie, riche d’une vingtaine de femmes, n’affiche que trois années au compteur, son noyau dur est présent au carnaval de Tournai depuis près de trente ans. «On s’est constamment renouvelé en créant de nouvelles confréries. Après les Pinguins et les Parjurés, notre volonté était d’apporter plus de dynamisme en mettant sur pied le groupe des Spirouettes», confie Mme Ramu, qui donne rendez-vous à tous les carnavaleux le week-end prochain. Que la fête commence!

Suivez notre page L'Avenir Wallonie Picarde sur Facebook