TOURNAI

Rudy Demotte veut être bourgmestre à plein-temps à partir de 2019

-BELGA

Il voyage beaucoup. Prépare-t-il une reconversion? «Pas du tout» répond Rudy Demotte qui se voit maïeur à plein-temps.

Il ne l’a pas dit formellement mais ça revient au même. Quand Rudy Demotte nous explique qu’il souhaite être bourgmestre de plein exercice, qu’il ne veut plus être «empêché» ou «en titre» dès 2019, c’est bien qu’il a l’intention de ne plus briguer de mandat ministériel au soir des élections fédérales et régionales de mai 2019. Le ministre-président aura alors 56 ans à quelques jours près, et surtout une carrière de ministre fédéral, régional et communautaire, longue de 20 années. Ici aussi à quelques semaines près: il était entré dans le premier gouvernement Verhofstadt le 12 juillet 1999.

Une évidence qui découle de cet «aveu»: il emmènera la liste socialiste aux prochaines élections communales d’octobre 2018. «Évidence» écrivons-nous mais en fait nous n’étions pas les seuls à nous poser la question de son avenir tournaisien. Voici pourquoi.

Une tournée d’adieu

On l’a vu beaucoup voyager ces dernières années. De là à imaginer qu’il préparait une reconversion dans un grand organisme international… On sait qu’il n’aurait pas été le premier à se ménager une telle porte de sortie!

Quand on évoque la chose, il coupe court: «Non pas du tout. Je n’y songe pas un instant. Un peu, à vrai dire, contre les espoirs de mon épouse qui a bien plus que moi la fibre internationale. Elle voyage d’ailleurs souvent sans moi, et moi sans elle, ce qui m’évite toutes sortes de suspicions quant à des passe-droits.

Donc oui c’est vrai, j’ai beaucoup voyagé, mais vous devez savoir qu’à une autre période de ma vie ministérielle, on m’a reproché exactement le contraire. De ne pas assez assurer la représentation extérieure…»

Alors, dans la mesure où il a dans la tête d’en rester là avec les «maroquins» peut-on voir ces déplacements comme une tournée d’adieu? Si ce n’est pas le cas, c’est bien imité. «Disons que je ne le vis pas comme ça, assure-t-il sourire en coin. Par contre je vais continuer à voyager. J’irai prochainement à Songdo, en Corée du Sud, ville réputée la plus connectée au monde.»

Pour vous en inspirer? lui demande-t-on. «Non, et c’est même le contraire. Je suis passionné par les nouvelles technologies lorsqu’elles sont au service de l’humain. Mais je pense qu’on est là-bas dans la technologie pour la technologie. Ça relève de l’anti-modèle, celui de la technologie contraignante.»

Des propos plus apaisés

Pour être complet, ce qui avait aussi renforcé l’idée que Rudy Demotte pourrait ne pas faire de Tournai sa priorité, ce sont certains de ses propos très durs à l’égard de Tournaisiens pas convaincus par tous ses projets. Le moins qu’on puisse écrire, c’est qu’il ne s’était pas posé en rassembleur. Comme quelqu’un qui n’allait pas rester…

Manifestement, c’est en train d’évoluer. Non pas qu’il renonce à ce en quoi il croit pour l’avenir de la Ville, mais le ton change à l’égard de ceux qui pensent autrement.

Suivez notre page L'Avenir Wallonie Picarde sur Facebook