SAINT-GEORGES

Don de patates: des synergies pour les bénéficiaires

Le jeudi, deux fois par mois en hiver, les bénéficiaires viennent chercher des colis distribués par la Croix-Rouge.
Le jeudi, deux fois par mois en hiver, les bénéficiaires viennent chercher des colis distribués par la Croix-Rouge.-ÉdA

Le CPAS de St-Georges,le Plan de cohésion sociale et la Croix-Rouge induisent des synergies pour soutenir quelque 120 familles.

La conjoncture économique provoque une augmentation nette des bénéficiaires des aides sociales, et notamment des colis alimentaires.

Cheffe de projet du Plan de cohésion sociale (PCS) de St – Georges, Dilek Kelleci constate que «nous sommes passés de 70 à 120 familles bénéficiaires». Échevine en charge du PCS, Marinette Van Eyck renchérit: «l’action s’inscrit dans la durée et la problématique n’a fait que croître». La marge de manœuvre légale du PCS est plus large et différente de celle du CPAS qui gérait les banques alimentaires. «Le PCS a repris cette gestion et assure la distribution avec la Croix-Rouge.» Les synergies entre ces différents acteurs de la vie sociale débouchent sur «une pleine collaboration CPAS-PCS en symbiose complète et à double sens», souligne Jean-François Wanten, président du CPAS. «D’autres services sociaux peuvent encore intervenir pour des familles, selon leur situation», complète Dilek Kelleci.

+ À LIRE AUSSI| Donceel: la ferme Schalenbourg donne quatre tonnes de patates 

Le don des patates de la ferme Schalenbourg s’ajoute à ceux des grandes surfaces. Un élan de solidarité et de générosité des invendus alimentaires collectés par les bénévoles de la Croix-Rouge à St-Georges chez Carrefour Market et Intermarché mais aussi chez Aldi. «Nous avons trois sources qui alimentent les stocks, commente Dilek Kelleci. Le Fonds européen d’aide aux plus démunis (Fead), le budget du PCS et ces dons.»

La distribution des dons se fait en toute discrétion. Elle couvre la période hivernale d’octobre à mars, avec de petites attentions en période de fêtes. Ce jeudi, au colis classique s’ajoutait un sac de pommes de terre. Avec le cœur des sœurs Schalenbourg et le sourire des extraordinaires bénévoles de la Croix-Rouge…