COMMUNAUTAIRE

Un avion et des canons disparaissent du Musée de l’Armée: Vervoort s’inquiète

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, a adressé un courrier au ministre fédéral de la Défense, Steven Vandeput, dans lequel il s’inquiète de mesures, défavorables à Bruxelles et de son rayonnement international pour le pays, que pourrait prendre le ministre N-VA au sujet du Musée Royal de l’Armée et d’Histoire militaire (MRAH).

Via son ministre de la Défense Steven Vandeput (NVA), le gouvernement fédéral a déposé un projet de loi visant à modifier la structure juridique et le fonctionnement général du Musée Royal de l’Armée et de l’Histoire militaire qui serait géré par un conseil d’administration soumis à un moindre contrôle gouvernemental. Pour Rudi Vervoort, cela fait laisse craindre une dispersion hors de Bruxelles de collections de grande valeur.

Un avion et des canons disparaissent du Musée de l’Armée: Vervoort s’inquiète Ces canons qui ornent l’entrée du musée de l’armée ont été déplacés sans que Vervoort en connaisse la destination. -Photo Antonio Ponte via Flickr sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA 2.0 Selon le ministre-président bruxellois, l’avion de transport militaire américain, le Fairchild C-119 Flying Boxcar, construit après la 2ème guerre mondiale, a déjà été soustrait à l’ensemble d’avions exposés sur le site du musée au Cinquantenaire. Des canons qui encadraient l’entrée principale du Musée depuis près d’un siècle viennent d’être déplacés, vers une destination qui ne lui est pas connue.

Si, lors de discussions interfédérales menées fin 2016, la Région bruxelloise a marqué son accord quant au projet du Gouvernement fédéral de transformer le MRAH en musée de pointe à vocation internationale, plusieurs motifs d’inquiétude demeurent, a encore fait valoir mardi, Rudi Vervoort, dans une communication adressée à quelques journalistes. Ainsi en va-t-il de la modification éventuelle du nom du musée en «War Heritage Institute» y compris sous l’angle commercial alors que cette institution est connue à l’international depuis des décennies, sous son appellation de musée royal de l’armée.

Le ministre-président bruxellois a par ailleurs rappelé au ministre de la Défense que la Région-capitale accordait une importance «cruciale» au fait que le site du Cinquantenaire restait le site muséal principal et central en Belgique et qu’il soit effectivement transformé en musée de pointe à vocation internationale.

«Pas de raison de s’inquiéter»

Il n’y a pas de raison de s’inquiéter au sujet de l’avenir du site du Cinquantenaire hébergeant actuellement le musée royal de l’armée. Celui-ci demeurera le «site-phare» du futur «War Heritage Institute» (WHI), établissement scientifique fédéral, dans la réforme qui se profile. Il n’est pas question de se défaire ou de disperser des pièces de collections, a affirmé le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA), dans un courrier adressé mardi au ministre-président bruxellois Rudi Vervoort.

«Il n’est nullement question pour le WHI ou le MRAH de se défaire ou de disperser des pièces de collection. Le site du Cinquantenaire à une vocation centrale et une des missions principales est de présenter le récit complet des conflits armés», lui a répondu Steven Vandeput, par courrier.

Selon le ministre fédéral, l’avion de modèle C 119 a été mis en dépôt à Melsbroek bien avant le développement du projet de WHI, tout en sachant qu’un second appareil de ce type se trouve sur le site du Cinquantenaire qui conservera son nom de Musée Royal de l’Armée et d’Histoire Militaire.

Le cabinet Vandeput a par ailleurs précisé que les canons disposés à l’entrée du Musée avaient été envoyés à Brasschaat pour être restaurés.