Utiliser son téléphone à l’étranger sans se faire racketter

Utiliser son téléphone à l’étranger sans se faire racketter

Si le roaming au cœur de l’Union européenne est encadré et codifié, c’est loin d’être le cas pour l’utilisation de nos téléphones dans les autres pays. georgejmclittle - Fotolia

Appels, SMS et 3G/4G hors de Belgique peuvent coûter une fortune. Décryptage des formules internationales de nos opérateurs censées réduire l’addition.

Malgré les beaux discours sur l’abolition du roaming, la prudence reste de mise.

Selon le pays et l’opérateur, téléphoner depuis l’étranger est susceptible de vous coûter des montants vertigineux.

Exemple concret.

Ces prochaines vacances de Carnaval. Vous êtes en Suisse cinq jours.

Avec votre smartphone et son abonnement Proximus:

– Vous téléphonez 5 minutes

– Vous recevez 3 minutes d’appel

– Vous envoyez 10 SMS

– Vous surfez en Internet mobile pour 1 MB de volume, juste de quoi vérifier votre mail 1 fois

Pas grand-chose, pour dire vrai.

Coût total: 41,02€!

Dans le détail: 5 X 3€ pour les appels sortants, 3 x 1,50€ pour les appels entrants, 10 x 0,70€ pour les SMS, 1 x 14,52€ pour l’Internet mobile.

On n’est pas loin du racket.

En dehors de l’Union Européenne (voir l’encadré en fin d’article), les frais de roaming sont astronomiques.

Comment éviter les désillusions ?

Première mesure essentielle avant de prendre la route / l’avion: vérifiez les montants facturés par défaut par votre opérateur sur le site.

– Cliquer ici pour consulter les tarifs internationaux de Proximus

– Cliquer ici pour consulter les tarifs internationaux d’Orange

– Cliquerici et ici pour consulter les tarifs internationaux de Base

Si ces frais vous semblent démesurés en fonction de votre destination, Proximus, Internet et Base proposent des formules sur mesure censées réduire la facture.

Faut-il les adopter?

Décryptage.

Proximus fait cohabiter deux forfaits quotidiens et quatre forfaits mensuels.

Pour des communications au sein de l’Union Européenne, le Daily Travel Passport (Europe) est uniquement intéressant pour de très courts séjours.

Pour 2€ par jour, il offre l’équivalent de 6,81€ de roaming : 1,21€ pour les 20 minutes d’appel émis (20 x 0,0605€), 0,276€ pour les 20 minutes d’appel reçu (20 x 0,0138€), 0,484€ pour les 20 SMS (20 x 0,0242€), 4,84€ pour les 80 MB d’Internet mobile (80 x 0,0605€).

Au bout d’une à deux semaines par contre, assumer les frais de roaming standardisés est plus économique, car le quota journalier sera gaspillé, sans qu’il soit possible de le cumuler.

A moins d’être limité à un voyage de deux jours, le Daily Travel Passport (Top Destinations) présente peu d’intérêt à 5€ par jour.

Contre 12,10€ pour 1 mois, son grand frère, le Travel Passport EU&Top, propose des quotas nettement plus généreux et couvre une large sélection de destinations, de l’Europe au sens large à la Thaïlande, la Chine, le Brésil, le Maroc, les USA, la Suisse…

Globalement, on regrettera l’existence d’une «zone d’exception» exclue de tous les forfaits.

Appeler la Belgique depuis les Maldives vous coûtera ainsi… 6,17€ la minute!

Avec trois formules mensuelles contre six pour Proximus, Orange mise sur la simplification.

Le forfait mensuel Crossborder Traveller s’adresse avant tout aux travailleurs frontaliers et à ceux qui franchissent régulièrement la Manche.

Europe Traveller et World Traveller vont droit au but.

Le premier est centré sur les déplacements en Europe au sens large et au cœur d’une petite sélection d’autres pays, le deuxième sur le reste du monde.

Petit regret, un manque de souplesse dans la déclinaison des offres place bien trop haut le prix d’entrée de l’Europe Traveller (24,2€). Une version moins chère avec des quotas revus à la baisse aurait été la bienvenue.

Au moment de téléphoner depuis n’importe quel coin de la planète, Orange ne semble pas définir de zone d’exclusion. Pour le World Traveller, l’opérateur fait mention d’une zone qui «comprend plus de 135 pays.»

Base adopte un fonctionnement atypique à l’heure de vous facturer l’utilisation de votre smartphone à l’étranger.

L’opérateur ne propose par exemple aucune formule pour appeler moins cher depuis un pays extra-européen.

Il est donc vivement conseillé de vérifier pays par pays les tarifs appliqués en cliquant ici et ici.

A contrario, il gère trois abonnements baptisés B-Europe spécialement conçus pour ceux qui se déplacent très régulièrement au sein du Vieux Continent.

Les quotas inclus se dépensent indifféremment en Belgique et dans une sélection de 34 pays.

Ces abonnements sont plus adaptés à des situations particulières, comme un étudiant Erasmus en Tchèquie pour 4 mois, qu’à une situation touristique.

Des frais fixes au sein de l’Union Européenne

Jusqu’au 15 juin 2017, les opérateurs sont autorisés à vous facturer les frais de roaming suivants en cas d’utilisation de votre téléphone au sein d’un pays de l’Union Européenne:

– 0,0605€ par minute d’appel passé

– 0,0138€ par minute d’appel reçu

– 0,0242€ par SMS envoyé

– Gratuit par SMS reçu

– 0,0605€ par MB (mégabyte) de surf Internet mobile

Dès le 15 juin, ces frais d’itinérance seront abolis au sein de l’UE, du moins dans le cadre «d’une utilisation raisonnable».