FAITS DIVERS

Des trams zappés, un sac à dos sur le ventre, une cible âgée en équilibre instable: des indices qui ne trompent pas pour les trekkers

(Illustration)
(Illustration)-Photo Ingolf via Flickr sous licence Creative Commons CC BY-SA 2.0

Des voyageurs qui laissent passer des trams en heure de pointe? Un indice qui a mis les trekkers de la zone Bruxelles-Ixelles sur la piste de deux pickpockets. D’autant que l’un d’eux positionnait son sac à dos sur le ventre: un détail qui ne trompe pas.

Les trekkers de la zone de Bruxelles-Ixelles, en patrouille contre le vol à la tire, ont eu le nez fin ce 16 février en pleine heure de pointe.

Il est 16h50 quand ils descendent dans la station de métro de Brouckère, le radar à pickpockets branché. Le quai est bondé. Mais les policiers sont attirés par le comportement de deux hommes, qu’ils prennent en filature.

Premier indice qui ne trompe pas: les gaillards n’ont pas l’air pressé de grimper. «Ils laissent passer plusieurs trams en regardant leurs passagers avec attention», explique la zone Bruxelles-Ixelles. «Ils finissent par entrer dans le troisième convoi qui passe, en direction de la Gare du Midi».

«Technique classique»

Évidemment, les voleurs se glissent entre les passagers par des portes différentes. «Technique classique des pickpockets opérant dans les transports en commun: l’un des hommes positionne son sac à dos sur le devant de son corps. Après une approche infructueuse auprès d’une femme, l’auteur repère un homme âgé debout qui maintient difficilement son équilibre au milieu de la plateforme du tram».

Ce monsieur est malheureusement la victime idéale des pickpockets. «Sous le couvert de son complice et de son sac à dos, le guetteur se colle à sa victime âgée de 86 ans et accède à la poche extérieure de son manteau», détaille la police. «Le voleur en extrait son portefeuille». Les deux hommes quittent le tram au Midi mais sont cueillis en haut des escalators menant à l’étage de la gare. Le portefeuille est restitué à son propriétaire.

Les deux hommes ont été mis à la disposition des autorités judiciaires: l’un des deux faisait l’objet d’un signalement à rechercher pour un prélèvement d’ADN.