MÉDIAS

Dérapage d’Alain Simons sur VivaCité: la RTBF entendue par le CSA

La RTBF doit être entendue prochainement dans le cadre du dérapage d’Alain Simons.
La RTBF doit être entendue prochainement dans le cadre du dérapage d’Alain Simons.-Jean-Yves Limet

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) s’apprête à rendre sa décision concernant les propos douteux tenus en novembre 2016 par Alain Simons à l’encontre des gens du voyage. Mais avant, l’organe de la Fédération Wallonie-Bruxelles veut entendre la RTBF.

Le 22 novembre 2016, lors de son émission matinale, Alain Simons a ouvertement stigmatisé la communauté gitane en mettant en garde les auditeurs de VivaCité Charleroi. «Attention! Je vous signale quand même la présence de Gitans dans la région de Loverval, Gerpinnes, Somzée et les environs [...] Si vous avez des trucs volables chez vous, faites attention!» Quelques heures après ce dérapage, le Secrétariat d’instruction du CSA a été saisi d’une plainte. Une instruction est ouverte.

Près deux mois plus tard, le CSA s’apprête à rendre sa décision sur ces propos. «Le rapport d’instruction est bouclé, explique Mathilde Alet, en charge du dossier. Et il en ressort qu’il y a bel et bieu eu des incitations à la discrimination pour des raisons d’ethnie durant le programme de VivaCité. Mais c’est désormais au Collège d’autorisation et de contrôle du CSA de rendre une décision définitive dans ce dossier.» Une décision qui ne tombera qu’après une dernière audition de la RTBF - qui avait sanctionné l’animateur en l’interdisant d’antenne pendant une semaine - programmée dans un futur proche.

«Au terme de l’audition, le CSA devra se positionner sur la dimension administrative et non pénale de ce dossier, précise l’organe communautaire dans un communiqué. L’intention d’Alain Simons n’est donc pas examinée, mais bien la responsabilité de l’éditeur au regard de la diffusion de tels propos.»

Pour rappel, les sanctions du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel peuvent aller du simple avertissement au retrait de la fréquence en passant par la publication d’un communiqué et/ou une amende.

+ À LIRE AUSSI | Les excuses d’Alain Simons pour ces propos « maladroits » sur VivaCité

Suivez notre page Culture sur Facebook