MONS

Mons: du parking gratuit pendant 30 minutes dans le centre-ville

Pour l'échevin à la mobilité Pascal Lafosse, c'est une première étape pour faire de Mons une
Pour l'échevin à la mobilité Pascal Lafosse, c'est une première étape pour faire de Mons une "Smart City"-Ugo PETROPOULOS
Garer sa voiture pendant 30 minutes gratuitement dans le centre-ville de Mons, c'est désormais possible. 110 emplacements sont désormais réservés au système d'achat-minute. Une étape dans la mise en place d'une mobilité "smart city"

Qui n'a jamais râlé de devoir alimenter un parcmètre ou de tourner autour de plusieurs pâtés de maisons pour trouver un emplacement libre, juste pour un petit achat de quelques minutes dans une boutique?

Dès ce jeudi à Mons, il sera possible de se garer dans une vingtaine de rues du centre-ville de Mons, gratuitement, pendant 30 minutes. 110 places sont devenues achat-minute et dévolues aux personnes souhaitant réaliser un achat rapide dans une boucherie, une boulangerie...En créant cette nouvelle offre, la ville espère redynamiser une partie du commerce montois de centre-ville. 

Comment ça marche? C'est très simple: des capteurs magnétiques ont été placés sous les 110 emplacements. Le capteur détecte quand une voiture se gare sur l'emplacement. Un signal est alors envoyé à une plateforme informatique, qui actualise en temps réel l'occupation des différents emplacements, permettant de disposer en direct d'une carte des places occupées et inoccupées.

Si au bout de 30 minutes la voiture n'a pas bougé, un signal est à nouveau envoyé à une centrale et les agents sont alors avertis du dépassement horaire et peuvent verbaliser. Qu'on se rassure, il y aura une phase d'adaptation dans un premier temps. Les agents laisseront des feuilles explicatives et sensibiliseront les usagers à ce nouveau système. La phase répression se fera dans un second temps, dès le mois de février et le tarif des amendes sera le même que sur les emplacements payants.

Tout le monde peut utiliser les emplacements, mais les personnes équipées d'un smartphone (IOS ou Androïd) peuvent télécharger l'application "Achat-minute" et bénéficier de services supplémentaires. En encodant le numéro d'identification de l'emplacement (vissé sur le trottoir à côté de chaque place "achat-minute"), l'usager peut avoir le décompte du temps qu'il lui reste avant de devoir quitter sa place.

L'application offre aussi une fonctionnalité GPS. Après avoir repéré sur une carte les emplacements libres, il suffit de cliquer sur celui choisi et d'activer la fonction navigation et de se laisser mener ensuite à l'endroit désiré...en espérant qu'un autre automobiliste ne vous aura pas coupé la chique le temps d'arriver!

Lutter contre les voitures-ventouses

Ce système d'achat-minute a été développé après un constat: Mons est une ville victime de l'épidémie de voitures-ventouses. La rotation des véhicules sur les emplacements payants est estimée à 2,7 par jour par emplacement. Lors d'une période test de principe d'achat-minute effectuée en novembre et décembre 2015 au bas de la Grand'Rue, la rotation a été estimée à 9,3 en moyenne et jusqu'à 14,4 véhicules par jour sur les emplacements les mieux utilisés.

L'échevin à la mobilité et le Collège communal estiment qu'il est possible d'augmenter cette rotation jusqu'à 20 voitures/jour en accentuant les contrôles. "L'achat-minute va augmenter le va-et-vient de 1700 voitures", estime l'échevin à la mobilité Pascal Lafosse.

Pour qui ce système d'achat-minute doit être un premier jalon pour transformer Mons en "Smart City". A moyen terme, l'objectif est de gérer tout un ensemble d'emplacements via l'informatique et de proposer une offre en temps réel du parking dans le Centre-ville. "30% du flux de véhicules est lié à la recherche de parking", souligne l'échevin. Diminuer ce trafic sera un premier pas dans la lutte contre les embouteillages qui nous empoisonnent la vie.

Où trouver ces places gratuites?

Bientôt de nouveaux horodateurs

La prochaine étape en matière de politique de stationnement et de lutte contre les voitures-ventouses sera l'installation de nouveaux horodateurs, où il faudra encoder sa plaque d'immatriculation, ce qui empêchera d'alimenter l'horodateur toute une journée. Pascal Lafosse veut orienter le stationnement longue durée hors du centre-ville, le long des boulevards ou dans les parkings couverts de la Halle et de la Grand Place

Des parkings "sous-utilisés", estime l'échevin: "on est à 60% d'occupation pour le parking Grand Place". Les horodateurs auraient dû être installés en deux fois, de la fin 2016 au début 2017. Mais aucune société n'ayant satisfait à l'appel d'offre, leur installation se fera finalement en une fois, vraisemblablement fin 2017 ou au début 2018.

60 000 euros par an

60 000 euros, c'est ce que coûtera à l'année le système d'achat-minute. La ville a choisi l'option leasing, afin de bénéficier de la technologie dernier cri. "Le système est loué pour deux ans, avec une option pour deux ans supplémentaires".

A noter que le système est modulable: on peut facilement déplacer des emplacements, ou augmenter la durée de stationnement si cela s'avère nécessaire. "On peut imaginer de faire passer la durée de stationnement à une heure durant la période des fêtes. Le tout sera d'informer le client" suggère Pascal Lafosse.

Par contre, il ne sera finalement pas possible de rajouter des minutes à son crédit-temps de stationnement en effectuant des achats dans les boutiques du centre-ville. Le concept a été expérimenté pendant la phase-test, mais n'a pas été assez utilisé pour en justifier sa mise en place, ont estimé les autorités.