JUDICIAIRE

Un «dangereux» Somalien poignarde deux compatriotes au cœur avec un tournevis: 5 ans de prison requis

Un «dangereux» Somalien poignarde deux compatriotes au cœur avec un tournevis: 5 ans de prison requis

(Illustration) Reporters / HERCHAFT

Un homme de nationalité somalienne est soupçonné d’avoir voulu tuer deux de ses compatriotes dans la même nuit en 2014. Il a comparu au tribunal correctionnel. 5 ans de prison sont requis contre cet homme «dangereux».

Un homme de nationalité somalienne, a comparu mercredi, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, pour répondre d’une double tentative d’homicide commise en novembre 2014 à l’encontre de deux de ses compatriotes. Le ministère public a requis une peine de 5 ans de prison ferme et la défense a plaidé une disqualification des faits en coups et blessures volontaires.

Le procureur a estimé que le prévenu, qui a déjà des antécédents judiciaires pour faits de violence, était un individu dangereux. Il a considéré que les faits étaient particulièrement graves, s’agissant d’atteintes à l’intégrité physique d’autrui.

Le procureur a estimé qu’une peine de 5 ans d’emprisonnement ferme était la peine minimale à infliger au prévenu.

Milieu somalien

L’homme est poursuivi pour une tentative de meurtre commise le 22 novembre 2014 vers 23h à Anderlecht et pour une tentative d’assassinat commise une heure plus tard à Ixelles. Les deux faits s’étaient déroulés, selon l’enquête, dans le milieu somalien à Bruxelles.

Le 22 novembre 2014, le prévenu se trouvait dans l’appartement d’un de ses compatriotes, à Anderlecht, où plusieurs personnes de la communauté somalienne s’étaient rassemblées. Le prévenu avait reproché à un autre homme d’entretenir une relation amoureuse avec sa femme et avait tenté de lui donner des coups de couteau et des coups de tournevis.

Plus tard, vers minuit, le prévenu avait rejoint d’autres individus de cette communauté, dans un appartement à Ixelles. Il s’en était alors pris à l’un d’eux qui refusait de témoigner en sa faveur concernant l’agression à Anderlecht. Le prévenu lui avait donné un coup de tournevis dans le cœur. Grièvement blessée, la victime avait toutefois survécu. Elle a néanmoins gardé des séquelles de cette agression.

Garder son job de taximan

Le prévenu a contesté la tentative de meurtre et les menaces de mort proférées à l’encontre de la première victime, mais il est en aveu de la matérialité des seconds faits.

Son conseil a plaidé une disqualification de cette prévention de tentative d’assassinat en coups et blessures volontaires ayant entraîné une incapacité de travail.

Il a demandé, à titre principal, une peine de travail, afin de permettre à son client de ne pas perdre son contrat à durée indéterminée dans une compagnie de taxis bruxelloise. À titre subsidiaire, il a plaidé une peine de probation et enfin, à titre infiniment subsidiaire, une mesure de sursis pour la totalité de la peine de prison qui serait prononcée.

L’affaire a été mise en continuation au 18 janvier prochain pour un dépôt de pièces.