PARLEMENT DE WALLONIEE

«André Antoine? Il se préoccupe d’abord de lui. Magnette? Il a des méthodes proches du populisme»

-BELGA

A l’occasion de ses vœux à la presse wallonne, le chef de fil MR au parlement wallon, Pierre-Yves Jeholet, a taillé un costume sur mesure au président du Parlement wallon qui se rend «insupportable». Et flingue aussi Paul Magnette qu’il taxe de populisme. Ambiance...

Mardi, le président du Parlement wallon, André Antoine, organisait à Namur une rencontre avec les présidents des parlements flamand, bruxellois et germanophone. 25 députés venus des 4 entités étaient également présents. Un événement inédit. Mais qui, selon le MR Pierre-Yves Jeholet, a donné une image navrante du Parlement wallon.

Prévenu presqu’en dernière minute, Jeholet estime que tout cela été organisé à la hâte, presqu’à la sauvette. De surcroît, le libéral se demande aussi quel est l’intérêt d’une telle rencontre qui, logiquement devrait se faire au sénat, et en présence du fédéral. Selon lui, cette réunion organisée à la va comme je te pousse signe la mort de la coopération entre les entités fédérées…

«S’il veut être l’allié de la N-VA et court-circuiter le sénat, qu’il le dise» tonne Jeholet.

L’occasion pour le réformateur de tailler un costume sur mesure à André Antoine, le président du Parlement wallon qu’il accuse de ne rouler que pour lui-même et son parti.

«André Antoine a les qualités pour être président du parlement wallon. Mais il ne peut s’empêcher de faire revenir à la surface tous ses défauts. A la présidence, alors qu’il devrait rassembler, il se rend insupportable aux yeux des parlementaires de la majorité, y compris de son parti, de l’opposition et du gouvernement. La première préoccupation d’André Antoine, c’est lui, la seconde c’est lui et la troisième c’est lui. Ensuite viennent les intérêts de son parti et puis seulement ceux de l’institution parlementaire».

Bam… Et Pierre-Yves Jeholet en rajoute une couche:

« Son attitude en tant que président est dommageable à l’institution wallonne. Il veut être un président omnipotent, omniprésent. Et la réunion des présidents de parlement n’est pas le premier gros couac. Il y a aussi eu l’échec de la commission du renouveau démocratique qu’il a fait foirer et dont il porte la responsabilité. On devait avancer sur toute une série de domaines. Et au final on aura réglé que la question de la consultation populaire»

Jeholet reproche aussi à André Antoine son côté individualiste.

« Ça devient problématique. Regardez ce qui s’est passé avec le CETA. Dans sa manière de fonctionner, il y a des suspicions systématiques de boulot en catimini».

Sans parler, conclut le député MR, de cette habitude de faire son petit commentaire chaque fois qu’un député monte à la tribune.

« Quand ça n’est pas sur le costume de Joseph, c’est sur la robe de Mylène. On connaît son côté jouette, mais là, ça commence à agacer tout le monde» conclut Pierre-Yves Jeholet qui craint qu’au final, le bilan d’André Antoine à la présidence du Parlement wallon ne se résume qu’à des occasions ratées de réellement faire évoluer l’institution parlementaire.

Pour le parlement, par le Parlement, avec le Parlement

André Antoine n’a pas tardé à réagir à l’attaque de Pierre-Yves Jeholet.

«Je ne veux pas entretenir une polémique complètement stérile. Mais je tiens à préciser que ne travaille pour moi, pour moi et encore pour moi. Mais bien pour le Parlement, par le Parlement et avec le Parlement.

Pour, parce que nous l’avons réformé, avec l’appui d’une large majorité. Avec le parlement parce que nous avons travaillé ensemble sur des questions internationales et avec un succès reconnu par tous. Et enfin par le Parlement qui s’est ouvert à la société avec l’aval de la Conférence des présidents».

et André Antoine de conclure acidement : « La jalousie et la frustration sont mauvaises conseillères...»

La rentrée parlementaire promet d’être suave entre ces deux-là...

Magnette proche du populisme

Pierre-Yves Jeholet décidément très en verve en ce début d’année, a aussi proftité de ses vœux à la presse wallonne pour dézinguer le Premier wallon, Paul Magnette

« Le ministre-président wallon se rapproche des discours populistes lorsqu’il défend de manière simpliste le concept du «consommez wallon», ou laisse percevoir un positionnement anti-européen dans le débat du CETA», affirm-t-il.

« Une sortie comme celle de M. Magnette sur les panneaux lumineux routiers se rapproche de discours populistes qui ne visent qu’à plaire à l’opinion », estime Jeholet.

Dans le Trends de la semaine dernière, le chef de l’exécutif wallon avait annoncé le remplacement de panneaux routiers rétro-éclairés par d’autres qui ne le sont pas mais sont fabriqués en Wallonie, avant d’affirmer qu’il s’agissait d’un malentendu.

Quant au discours sur le CETA, il a « marché» dans l’opinion publique, mais il y a surtout été perçu comme un discours anti-Europe, contre la technocratie européenne», selon le libéral.

Pour le chef du principal parti d’opposition en Wallonie, le chef du gouvernement wallon a tendance à tenir des «discours simplistes», qui cachent un immobilisme persistant dans l’action de la coalition PS-cdH, ainsi que ses «bisbrouilles » internes. Pierre-Yves Jeholet en voit notamment dans les dossiers de la réforme des allocations familiales, de l’assurance autonomie ou de la réforme fiscale.