JUDICIAIRE

Bébé tué à Ougrée: le père reste sous mandat d’arrêt

Le père de la victime reste détenu à la prison de Lantin.
Le père de la victime reste détenu à la prison de Lantin.-ÉdA Hermann

Éric Castellano, un Liégeois de 31 ans qui a tué son bébé de 6 mois vendredi dernier, a comparu mercredi devant la chambre du conseil de Liège.

Son avocat, qui ne s’est pas opposé à la prolongation de son mandat d’arrêt - lequel a donc été prolongé -, a évoqué une expertise en cours pour démontrer qu’il souffre d’une altération mentale.

Le 6 janvier, Castellano a tué son fils alors que celui-ci se trouvait chez sa grand-mère à Seraing. Il a ensuite pris la fuite, provoqué un accident en prenant une rue à contresens avant de se livrer à des policiers à Saint-Nicolas (Liège).

Cinq jours après les faits, Castellano a comparu devant la chambre du conseil de Liège dans le cadre de la prolongation de son mandat d’arrêt. Son avocat, Me Mathieu Simonis, n’a fait aucune demande de remise en liberté et attend la réalisation d’une expertise. Son client est incarcéré à l’annexe psychiatrique de la prison de Lantin.

«Mon client reconnaît l’inculpation d’infanticide mais il est incapable de verbaliser la scène dont il est l’auteur. Un collège d’expert a été désigné. Il apparaît qu’il avait déjà effectué plusieurs séjours en hôpital psychiatrique et qu’il était à la recherche d’aide au moment des faits car il avait la volonté de se faire de nouveau hospitaliser. Son passé médical tend à démontrer l’existence d’une éventuelle incapacité mentale», a indiqué Me Simonis.

«C’est un dossier dans lequel personne n’est insensible au malheur de la famille», a tenu à ajouter l’avocat d’Éric Castellano.