Gaurain-Ramecroix

VIDEO | Dans des caravanes depuis l'incendie de leur maison, il y a six mois

Depuis que sa maison et son outil de travail - la supérette Katty - ont été détruits par un incendie criminel le premier août, à Gaurain-Ramecroix (Tournai), la famille Claus campe sur le terrain.?Sans ressource.

Le Lundi premier août 2016, vers 3 h 40, une camionnette fonçait sur la façade de la supérette « Chez Katty », à Gaurain-Ramecroix, avant de prendre feu. À l’arrivée des services de secours, il n’y avait pas de chauffeur sur place. Celui-ci avait pris la fuite à bord d’une autre voiture. Quant au bâtiment, il a subi de très importants dégâts et toute la marchandise abritée dans le magasin a été détruite.

La famille Claus a appris le drame par la presse alors qu’elle était en vacances sur la Côte belge.

Ne souhaitant pas quitter la propriété et persuadée qu’elle pourrait entreprendre rapidement des travaux de restauration de l’immeuble, elle a décidé de camper sur place, dans des caravanes susceptibles d’abriter les dix personnes — dont un enfant de dix ans — vivant sur les lieux.

Six mois plus tard, la situation n’a guère évolué pour les Claus qui désespère de recevoir des indemnités de la part de leur assurance afin de commencer (enfin) les travaux.

« Plusieurs expertises ont déjà été effectuées, explique le père de famille, René Claus, mais rien ne bouge du côté de l’assurance. J’ai même demandé à recevoir une petite avance, pour débuter les travaux de première urgence, mais on me dit que la somme ne pourra être débloquée que lorsque le dossier répressif sera remis à l’assurance », déplore encore René Claus.

Nous avons pris contact avec l’assurance  où il nous a été confirmé que le dossier est effectivement toujours en cours. Cette dernière nous a expliqué attendre le rapport (définitif) d’expertise avant de clôturer l’affaire et de pouvoir débloquer les fonds. Du côté de l’expert, on nous assure que le rapport en question vient d'être clôturé et qu'il sera envoyé dans les prochains jours.

Si la procédure a duré un temps… certain, c'est surtout parce qu’il a fallu attendre qu’un accord intervienne entre l’expert de l’assurance de la famille Claus et le contre-expert "privé" engagé par cette dernière…

Une situation qui n’est en réalité pas vraiment « exceptionnelle » dans un tel cas de figure mais qui, pour les Claus — et on peut les comprendre — semble durer une éternité. D’autant qu’elle est privée, depuis l'incendie,  de ses outils de travail, soit la supérette d’une part et le stock de vêtements avec lesquels René allait faire les marchés et qui, lui n’était pas couvert par une assurance spécifique.

Bref, on l’aura compris, la situation des Claus s’avère d’autant plus difficile que les conditions climatiques actuelles n’incitent guère à la pratique du camping...

Suivez notre page L'Avenir Wallonie Picarde sur Facebook