SAUTE D’HUMEUR

À quand la cérémonie des «Trump du cinéma»?

Meryl Streep pendant son «discours sur Donald Trump» aux Golden Globes (qui lui vaudra peut-être aussi l’oscar de la meilleure diatribe sur le président américain).
Meryl Streep pendant son «discours sur Donald Trump» aux Golden Globes (qui lui vaudra peut-être aussi l’oscar de la meilleure diatribe sur le président américain).--

Pour ne pas systématiquement s’en prendre plein la tronche pendant les cérémonies de remise de prix (Golden Globes et autres oscars), peut-être Donald Trump va-t-il devoir créer ses propres «awards» ?

On l’a compris avec les Golden Globes (et le buzz de Meryl Streep), lors de la remise des oscars (et peut-être même celle des Magritte, autre cérémonie suivie dans le monde entier), la réalisation va devoir prévoir des «moments Trump» où des acteurs, réalisateurs, techniciens vont balancer sur le presque Président des États-Unis.

Ça risque d’être un concours de vacheries et de numéros soigneusement écrits par les meilleurs scénaristes de Hollywood. Peut-être même qu’à la fin il y aura un oscar spécial «de la meilleure vanne sur Donald Trump» sur base d’un vote spontané de l’assistance.

Et donc, Trump, de son côté, va devoir embaucher des pigistes priés de répliquer aux impertinents par des tweets cinglants durant toute la soirée, et tenter de fermer leur claquet aux impertinents à coup de «réalisateur ringard et surcoté », «acteur inexpressif et démodé» ou «scénariste copieur, surpayé et ininspiré»».

Quand on y pense, les scuds de 140 signes pourraient dégénérer assez vite en «pathétique comédien d’origine musulmane», « horrible actrice surfaite mais aussi refaite » voire «réalisateur à oscars mais surtout ex-migrant mexicain forcément drogué et probablement violeur ».

«

Meilleur film «Le loup de la Maison-Blanche» avec son gendre dans le rôle principal!

»

Pour pimenter le spectacle, pourquoi ne pas inviter le nouveau Président à la cérémonie d’ailleurs? Il pourrait ainsi se lever «en direct», la mèche blonde irritée, et spontanément répliquer à ceux qui le raillent, avec son humour tout en finesse!

Que va-t-il rester à Donald Trump s’il ne veut pas devenir la tête de turc (façon de parler) de tous les artistes de son pays?

Il va devoir créer ses propres récompenses. Par exemple, « les Trump du cinéma américain». Encore faudra-t-il trouver des films dont les auteurs ou les interprètes trouvent grâce à ses yeux.

En cherchant bien, on finira par trouver quelques téléfilms texans où la police refoule héroïquement des clandestins venus du pays d’à côté. Ou alors un biopic du genre «Le Loup de la Maison Blanche» (avec son gendre Jared Kushner dans le rôle principal). Voire encore un film où une escouade de courageux GI’s parvient à détruire un foyer de terroristes islamistes.

Et ce soir-là, on verra les artistes récompensés remercier «le meilleur Président que les États-Unis aient jamais connu» «le brillant connaisseur des arts et du cinéma», «le grand timonier qui va ramener leur grandeur aux États-Unis» voire «l’envoyé de Dieu pour sauver l’Amérique»!

Et pour une fois, Donald Trump ne devra pas passer la soirée à faire des tweets!