MONS

Comment promouvoir une initiative citoyenne? L'exemple de "Troc Jardin" à Mons

Comment promouvoir une initiative citoyenne? L'exemple de "Troc Jardin" à Mons

Une bonne commmunication, indispensable pour la réussite d'une initiative citoyenne Troc Jardin Mons

Avoir des idées, c'est bien. Les faire connaître, c'est mieux. Pour ça, pas besoin d'argent: il suffit de savoir utiliser les réseaux sociaux et l'image. Comme nous le prouve la plateforme Troc Jardin à Mons.

Lancer une initiative citoyenne, c'est bien. La faire connaître, c'est mieux. Et c'est sur la communication que certaines bonnes volontés peuvent buter. Et pourtant à l'heure des réseaux sociaux, c'est tout à fait possible de faire une belle campagne de promotion pour pas un balle. A condition toutefois de respecter quelques règles élémentaires.

+ Jusqu'à fin décembre, notre enquête sur les initiatives citoyennes | Déclic citoyen

+ Les initiatives citoyennes dans votre commune | carte interactive

+ Notre capsule vidéo | 5 conseils sympas pour lancer une initiative citoyenne

Illustration avec Nicolas Rolland, habitant Elouges (Dour). Il est un des administrateurs du groupe Facebook "Troc Jardin Mons", dont l'objectif est de permettre les échanges de semences, mais aussi d'outils ou de plantes...Des objets qui nécessitent une rencontre physique pour assurer l'échange.

Les administrateurs ont donc organisé des événements "Troc jardin potager", plus conviviaux que des échanges bilatéraux. Le défi: attirer du monde. Car si sur internet le succès est au rendez-vous avec plus de 1100 membres inscrits dans le groupe, il ne suffira pas d'un message du style "rendez-vous à tel endroit à telle heure pour troquer nos pelles et courgettes" pour déplacer les foules. Il y a toute une opération com' à mettre en place pour faire connaître l'initiative et inciter les gens à venir.

Graphiste à la ville, c'est Nicolas qui prend en charge la communication des événements troc jardin. Avec un budget de 0 euro...

Les 5 étapes pour réussir son événement

La première étape, une fois le lieu de l'événement choisi, est la création d'une page évènement sur Facebook. "Avec un visuel simple et objet de l'événement lisible au premier coup d'oeil. Il faut éviter les longues phrases, se contenter du nom de l'événement, de la date et du lieu. Petit conseil: évitez la police de caractère "Comic Sans MS" si vous ne voulez pas être dicrédité avant même d'avoir commencé. Les sites d'annonce gratuits style quefaire.be ne sont pas non plus à négliger.

Deuxième étape: "impliquer d'autres groupes de la région en demandant à l'administrateur si il veut bien annoncer l'évènement lui-même aux membres de son groupe. Ecrivez-lui un texte qu'il n'aura qu'à copier-coller. Si tout est pré-mâché, il vous rendra service. Offrez-lui une contre-partie", comme le nom de son groupe ajouté au visuel promotionnel.

Concrètement ici, le groupe de troc montois "Troc Troc qui est là" est devenu partenaire de l'événement, offrant ainsi un belle base de membres pour la diffusion de l'événement.

Troisième étape: envoyez des invitations aux médias locaux. Bah oui, il n'y a pas que Facebook dans la vie...

Quatrième étape: c'est le jour J. Même si votre annonce a bien tourné, que 1000 personnes sont intéressées par votre événement, ne perdez pas pied. "Il ne faut pas s'attendre à rameuter 500 personnes". Finalement, chaque troc-jardin a attiré entre 20 et 30 personnes, de quoi satisfaire les organisateurs.

Le jour de l'évènement, pensez à faire des photos et à les partager en direct sur les réseaux sociaux et après l'événement. Partagez-les aussi dans les groupes qui vous ont aidé, en les remerçiant à nouveau". Pensez aussi à faire des prises de vue pour le film promotionnel de l'évènement suivant. Car oui, tout  tout bon organisateur qui veut faire perdurer un concept ne s'arrête pas au moment présent, mais a déjà un oeil sur le suivant.

Et c'est la cinquième étape: préparer l'événement suivant. "Après l'évènement : partage de photos, d'éventuels reportages ou articles de presse sur l'évènement, partage de la vidéo promotionnelle tournée ce jour-là et déjà annonce du prochain évènement. Dans le spot du deuxième événement, on avait déjà intégré la date du troisième".  

Et tout ça n'a rien coûté. Hiver oblige, Troc jardin est en sommeil. Mais une fois que la fin de l'hiver approchera, il sera temps de réveiller à nouveau la sphère internet pour rameuter les gens à la première "troc garden party", au mois d'avril. 

 

La question du frigo vide

C'était il y a quatre ans, quand il a emménagé dans sa nouvelle maison avec sa femme et ses deux enfants, que Nicolas a eu le déclic. C'était en regardant son jardin, aujourd'hui transformé en partie en potager. "Je me suis demandé: si je n'ai rien dans mon frigo, je peux tenir combien de jours?". C'est ainsi que Nicolas s'est retrouvé à fouiller internet et à chercher des conseils sur des forums de jardinage, comment faire son potager...Aujourd'hui, son potager s'étend sur 75m².

De fil en aiguille, il tombe sur le groupe Facebook "Troc Jardin Mons", où il s'inscrit. Actif, il est repéré par le fondateur du groupe, qui lui demande de devenir administrateur. Il suggère alors d'organiser des rencontres "troc-jardin" afin de permettre aussi aux membres de mieux se connaître et de centraliser les échanges. 

Le premier événement a lieu dans le parc du jardin du Mayeur, derrière l'hôtel de ville. Un événement un peu "pirate", sans autorisation. Pour le deuxième, les jardiniers troqueurs investissent un terrain privé à Jemappes mis à disposition par un des membres. Là aussi, comme pour beaucoup d'initiatives citoyennes, on préfère fonctionner en autonomie, sans lien avec des institutions ou politique.

Car c'est une constante chez les porteurs d'initiatives citoyennes: la crainte de la récupération politique si on demande ou accepte un coup de main des pouvoirs publics. Du coup on se débrouille seul, et ça fonctionne.