Initiatives citoyennes

Jardinage au naturel: les bons duos de Josine

Jsine
Jsine-Mathieu Golinvaux

Quand ils ont commencé leur potager, Josine et son époux n’ont pas voulu prendre le terme «bio» car les produits étaient trop chers pour la majorité des ouvriers.

Quant au mot «permaculture», «il y a un effet de mode sur les terminologies. On dirait qu’on a trouvé le paradis et qu’on a créé une nouvelle religion. Mais nous, on se méfie de cela car les savoirs, les sciences évoluent en permanence. » Au fur et à mesure, Josine a découvert de nombreux «compagnonnages» entre les éléments de la nature.

+ Le jardin d’Eden de Josine à Mouscron

La pomme et le cloporte Josine n’extermine pas les cloportes. Quand il y a une bulle de pourriture sur une pomme, les cloportes viennent s’en nourrir et empêchent la pourriture de se propager. «La pomme peut ainsi se garder trois semaines de plus.»

Pas de bêche C’est étonnant mais Josine ne bêche jamais sa terre. « La terre est constituée comme le système digestif d’un être humain: on ne met pas dans la bouche ce qui est passé par l’estomac. »

Mosaïques de culture Plutôt que de planter plusieurs lignes des mêmes légumes, l’idée est de planter une ligne de carottes par exemple, suivie d’une ligne d’oignons. Ainsi, tous les légumes ne se nourrissent pas des mêmes nutriments présents dans la terre.

Fèves des marais et coccinelles Pour s’attaquer aux pucerons, plantez des fèves des marais. Elles attirent les coccinelles qui s’attaqueront aux pucerons.

Arbres fruitiers et perce-oreilles En faisant pendre des petits pots à l’envers aux arbres fruitiers et en les remplissant d’ouate ou de foin, les perce-oreilles iront s’y cacher. Les oiseaux viendront ensuite y manger les œufs et les vermisseaux des perce-oreilles, ceux-là même qui viennent s’attaquer aux pommes.

Arbres et limaces Avoir des arbres dans son jardin attire les oiseaux qui mangent les limaces.

Un tas de cartons Au milieu du jardin, on retrouve un tas de cartons. En quelques années, ils se résorbent dans la terre, tout comme les plants une fois que le fruit est récolté (tomates ou courgettes par exemple). «Tout retourne à la terre, ça la fertilise. On pourrait presque penser que l’on fabrique de la terre… On pourrait apprendre ces techniques dans les pays du sud où ils manquent de terres fertiles. »