Au repair Café Floreffe-Malonne, «réparer, c’est un acte créatif»

Au repair Café Floreffe-Malonne, «réparer, c’est un acte créatif»

-

C’est une des chevilles ouvrières du Repair Café Floreffe-Malonne. Mais François Chauseteur est aussi un de ses réparateurs passionnés. Avec une quinzaine d’autres, cinq fois par an, il réanime aspirateurs, fers à repasser, radio, outils,…

Sa motivation? «C’est un acte créatif», dit-il enthousiaste. Car pour «rendre vie à un objet» dont les pièces de remplacement sont parfois inexistantes, il faut souvent faire preuve d’ingéniosité et de créativité. «D’ailleurs, plus la réparation est difficile, mieux c’est», sourit-il. Car c’est clairement le défi qui anime le réparateur bénévole de Floreffe et la satisfaction de parvenir à le relever qui le récompense.

+ Repair Café: au rendez-vous des mécaniciens du cœur

«C’est une reprise de pouvoir – même si je n’aime pas le mot – sur les objets de consommation. Car, souvent, ce n’est pas simplement remplacer une pièce, il faut trouver une solution alternative…» Et ça marche plutôt pas mal puisque sur la soixantaine d’objets présentés à chaque session du Repair Café, 70% sont réparés. «D’ailleurs, la plupart du temps ce sont des pannes basiques. Il y a juste l’électronique, qui est un domaine compliqué, et l’informatique qui demande des connaissances plus pointues.»

Une formation d’ingénieur en poche et une carrière dans les métiers techniques, François Chauseteur en a des connaissances. Mais c’est loin d’être l’essentiel, dit-il. «Si des réparateurs du Repair Café n’ont rien sur leur CV, je m’en fiche. Ce qu’il faut c’est l’envie de réparer.»

Mais mettre les mains dans les fils électriques ou la graisse de chaîne de vélo n’est qu’une part du plaisir de François Chauseteur. L’autre, c’est le moment de partage avec la personne qui vient avec son objet à réparer. «Car une des conditions pour venir dans un Repair Café c’est que la personne assiste à la réparation et participe. Même si ce n’est qu’en tenant l’objet, mais il faut aussi qu’elle se réapproprie l’objet. Et ce moment de solidarité et de partage, c’est aussi un des plaisirs du Repair Café.»

D’ailleurs, note-t-il, beaucoup de personnes viennent d’abord au Repair Café pour passer un bon moment, boire un verre, manger une pâtisserie et discuter.

«Le côté humain et convivial est au moins aussi important que le côté matériel», François Chauseteur. Qui constate d’ailleurs régulièrement que certaines personnes viennent faire réparer un objet qu’ils n’ont pas utilisé depuis des années et qu’ils n’utiliseront sans doute plus jamais… Mais c’est l’occasion de venir discuter, d’échanger et de passer un moment convivial.

«Nous avons aussi beaucoup de réparations affectives. Des gens qui viennent nous voir et nous disent: “Je tiens ça de mon père, pouvez-vous le réparer?. Dans Repair Café, il y a le mot café qui est très important, car il y a lors de ces activités un côté très rassembleur. »

Des réparateurs de Floreffe-Malonne accompagnent ceux de Namur ce week-end au Repair Café géant à RECUPère, le salon de l’Eco-consommation, de l’Eco-design et du Réemploi à Namur expo. www.recupere.be.