MUSIQUE

Le mois de septembre 2016 dans la ziquemachine à remonter le temps

Le mois de septembre 2016 dans la ziquemachine à remonter le temps

Rihanna en 2006. -

Petit moment de détente musical. Qu’écoutait-on en août 2006, 1996, 1986, etc.? Réponse dans ce petit montage signé Patrick Zirpolo qui nous emmène dans une ziquemachine à remonter le temps.

Embed :

2006 Rihanna – Unfaithful

Paru sur son deuxième album - A Girl like Me - sorti en avril 2006, Unfaithful permet à Rihanna d’asseoir un peu plus sa notoriété naissante. Elle glande d’ailleurs avec cette ballade pop le titre de meilleure chanson internationale de l’année aux NRJ Music Awards. La chanson a été écrite par Ne-Yo, Mikkel S. Eriksen et Tor Erik Hermansen. Le premier est choisi par Rihanna, séduite par la chanson Let Me Love You qu’il a écrite pour Mario. Les deux autres sont Norvégiens et ont fondé Stargate, un collectif de producteurs-paroliers qui a déjà travaillé avec Blue ou Atomic Kitten.

L’info pour faire le malin. Au départ, Unfaithful est une ballade morose, inspirée par les chansons du groupe Evanescence et devait s’intituler Murderer.

1996 Carrapicho – Tic tic tac

Dans les années 90, les tubes de l’été signifient encore quelque chose. À côté du succès phénoménal de la Macarena chantée par Los del Rio, une autre chanson ensoleillée rythme l’été 1996 et devient un véritable hit: Tic tic tac, chantée par Carrapichio. Contrairement à Los del Rio qui est Espagnol, Carrapichio est un groupe brésilien fondé en 1980 à Manaus (capitale de l’état d’Amazonie) par le chanteur Zezinho Corrêa. Et s’ils débarquent en France avec ce tube, c’est grâce à… Patrick Bruel qui a entendu leur musique lors du tournage du film de Francis Veber, Le Jaguar.

L’info pour faire le malin. Le chanteur russe d’origine Uyghur Murat Nasyrov fera une reprise assez fidèle, mais dont le clip vaut son pesant d’or. Vous pouvez le voir en cliquant ici.

1986 MC Miker G & DJ Sven – Holiday rap

En 1986, Madonna est déjà à son apogée en tant qu’icône pop. Durant l’été, les Hollandais MC Miker G & DJ Sven (Lucien Witteveen and Sven van Veen de leurs vrais noms) décident de surfer sur son succès en prenant l’un de ses premiers tubes – Holiday -, en y ajoutant une rythmique plus «dance», des paroles en rap et en reprenant une partie de la mélodie de Summer Holiday de Cliff Richards. Les deux DJ sont résidents à la discothèque Club Baccara, à Hilversum. Leur succès est plutôt inattendu, au point qu’aucun clip n’est prévu. Les télés se contenteront finalement d’une capture d’un «live» dans une discothèque hollandaise…

L’info pour faire le malin. Madonna n’appréciera que très modérément cette version de sa chanson. Elle intentera un procès aux deux DJ hollandais, mais elle le perdra. Pas de quoi perdre le nord pour elle: elle ressortira Holiday en face B de son nouveau single True Blue, pour rappeler à tout le monde que l’original d’Holiday, c’est elle.

1976 Adriano Celentano – Svalutation

À la rentrée 1976, alors que tout le monde a encorePorque te vasde Jeanette en tête, un autre tube va prendre rapidement la tête des hit-parades: Svalutation, interprété par Adriano Celentano. Ce Milanais, véritable touche-à-tout (il a été auteur-compositeur-interprète, chanteur, acteur, réalisateur, scénariste et présentateur télé italien). Auteur de nombreux tubes (le très biographique Il ragazzo della via gluck, 24000 baciavec lequel il termine deuxième du Festival de San Remo en 1961…), Adriano Celentano est surtout un personnage atypique dans le paysage de la chanson italienne. Assez mystique, il est aussi considéré comme le premier rappeur italien avec le titre Prisencolinensinainciusol sorti en 1973. La chanson Svalutation (NDLR: Devaluation) parle en fait de la crise économique que traverse l’Italie à l’époque. Mais ça, ceux qui ne parlaient pas italien ne l’ont pas compris.

L’info pour faire le malin. Gérard Darmon – qui s’est lancé dans la chanson en 2003 – en fera une reprise en 2006 sur son album Dancing. Mais on n’en a trouvé aucune trace sur Youtube.

1966 Percy Sledge – When a man loves a woman

En septembre 1966, l’heure est au romatisme avec ce slow interprété par Percy Sledge. Celui-ci a alors 25 ans et il s’agit de son premier tube. Auparavant, ce natif de l’Alabama chantait des reprises dans un groupe baptisé The Esquires. C’est grâce à Quin Ivy, disc-jockey qui ouvrira son propre studio d’enregistrement en 1965, que Sledge enregistre son 1er titre sous contrat, qui sera un coup de maître. Plus d’un million de copies de ce slow se vendront dans le monde. Selon Percy Sledge lui-même, l’inspiration de cette chanson lui est venue quand sa petite amie l’a quitté pour une carrière de mannequin. Comme le bassiste Calvin Lewis et l’organiste Andrew Wright l’ont aidé à écrire la musique, il leur donnera tous les droits d’auteur.

L’info pour faire le malin. Comme d’autres titres des années 60 – notamment Stand by mede Ben E. King – When a man loves a woman servira de bande-son pour une publicité pour les jeans Levi’s dans les années 80. Ce qui permettra à Percy Sledge de revenir un peu sur le devant de la scène.