Le tax shift a pour effet que, pour la première fois depuis cinq ans, les Belges ne sont plus les salariés les plus taxés d’Europe.