ÉTATS-UNIS

Elle continue son Facebook Live alors que son copain vient de se prendre une balle par un policier

Cliquez ici pour vous rendre sur Facebook et voir la vidéo. !!! Attention, le contenu peut choquer !!!

Un simple contrôle a tourné au drame dans le Minnesota (nord des États-Unis). Rangé sur le côté sur l’injonction d’un policier, ce couple a vu l’officier ouvrir le feu, touchant mortellement l’homme de 32 ans. La femme a tout filmé en direct.

C’est un véritable drame qui s’est joué hier soir devant les yeux de Lavish Reynolds. Elle est en voiture avec son compagnon lorsqu’ils se font arrêter et mettre sur le côté, pour un clignotant défectueux, selon ses dires.

Le policier ouvre alors le feu sur son compagnon, après qu’il a glissé sa main dans sa poche pour prendre son permis de conduire. Philando Castile est sévèrement touché et le premier réflexe de Lavish Reynolds est d’allumer son smartphone pour lancer Facebook Live.

+++ Cliquez ici pour vous rendre sur Facebook et voir la vidéo. !!! Attention, le contenu peut choquer !!! +++

Elle filme alors les quelques minutes consécutives aux coups de feu, partageant le tout en direct, s’exprimant face caméra pour ses abonnés sur le réseau social, pendant que son copain agonise à côté d’elle.

La police confirme le décès

Emmené à l’hôpital, Philando Castile n’a pas survécu, a annoncé la police dans une conférence de presse ce matin, rapportée par le Washington Post. Une enquête est ouverte et l’officier a été mis à pied.

Un pistolet a été retrouvé sur la scène du drame. Lavish Reynolds affirme que son compagnon avait le permis adéquat pour porter une telle arme.

Selon ce qu’on peut entendre dans la vidéo, Philando Castile aurait prévenu l’officier qu’il avait une arme sur lui, mais ce serait son permis de conduire qu’il allait attraper dans sa poche.

Nouveau drame impliquant un Afro-américain

Dans la vidéo, on entend le policier, très nerveux, lancer plusieurs injonctions. «Madame, gardez vos mains en évidence. (...) Je lui avais dit de ne pas le prendre. Je lui ai dit de lever ses mains», explique l’officier, faisant probablement référence à l’arme détenue par Philando Castile.

«Vous lui avez demandé ses papiers, son permis de conduire», répond alors Lavish Reynolds. «Mon dieu, dites-moi qu’il n’est pas mort. Ne me dites pas que mon copain vient de partir comme ça...»

Ce drame intervient seulement 48 heures après le décès d’un vendeur ambulant Afro-américain, la aussi suite à une intervention policière. Dans ce cas-là aussi, des images du drame s’étaient rapidement retrouvées sur les réseaux sociaux, alimentant la colère et les protestations envers l’action de la police.

«Trop c’est trop», a tweeté le mouvement Black Lives Matter («Les vies des Afro-Américains comptent»), qui dénonce les abus policiers contre les Afro-américains aux États-Unis.