NASSOGNE

Nassonia : ce chasseur veut doubler Pairi Daiza, Éric Domb parle de « calomnie »

Nassonia : ce chasseur veut doubler Pairi Daiza, Éric Domb parle de « calomnie »

Une journée de chasse au Laid Trou à Nassogne, organisée par Pam Dedecker. ÉdA

C’est une des plus grosses fortunes de Belgique qui s’oppose à Éric Domb dans le cadre du projet Nassonia. Éric Domb réagit et parle de «calomnie».

Pam de Becker a été le locataire de la chasse communale de Nassogne durant 18 ans. Lors de l’adjudication pour neuf nouvelles années, au printemps, la Commune a divisé sa chasse en quatre lots et a ajouté des contraintes au-delà des exigences légales.

Le chasseur a refusé de soumissionner dans ces conditions. Deux petits lots ont trouvé preneurs, mais 1 538 ha de chasse n’étaient plus loués. C’est cette surface sans repreneur qui a suscité le projet d’Éric Domb, le patron de Pairi Daiza. Un projet qui place la biodiversité en première place, mais dont on ignore les activités, les recettes, les dépenses.

Aujourd’hui, Pam de Becker constate que les conditions ont changé depuis les adjudications: on passe de 9 à 99 ans et d’une location de chasse à une emphytéose qui laisse à son bénéficiaire le droit d’exploiter tout ce qui se trouve sur les terrains, donc les bois sur pied aussi, comme bon lui semble. Et à 400 000€ par an, cet homme d’affaires estime qu’il s’agit d’une escroquerie. Il a donc décidé d’offrir plus, pour un projet différent…

Hasard du calendrier, Natagora vient de communiquer sa position sur le dossier de Nassonia. « Le projet d’Éric Domb a créé une onde de choc auprès de tous les acteurs de la ruralité. Natagora se réjouit d’entendre un investisseur vouloir consacrer plus d’espace pour la forêt naturelle en Wallonie, au bénéfice des salamandres, des engoulevents, des grues cendrées et de multiples autres espèces sauvages. Via ses réseaux sociaux, l’association a sondé sa vaste communauté, qui soutient également quasi unanimement ce projet.»

L’association n’épargne cependant pas certains: «L’association s’étonne cependant des réactions de certains lobbys de chasse du pays. Ces mêmes chasseurs sans doute qui ont mis fin aux négociations avec la commune de Nassogne, espérant revoir à la baisse les conditions de location du droit de chasse sur le massif forestier concerné. Ce dernier est en effet sous label PEFC et en partie sous statut Natura 2000, ce qui ne plaît pas à certains milieux cynégétiques qui continuent à considérer la forêt comme une réserve de gibier à vendre au plus offrant. Or, les forêts wallonnes souffrent d’une surdensité de gibier qui met à mal la régénération naturelle, les nichées au sol et la diversité des essences ligneuses.»

«C’est de la calomnie!»: la réaction d’Éric Domb

Nassonia : ce chasseur veut doubler Pairi Daiza, Éric Domb parle de « calomnie »
Reporters
Joint ce soir par téléphone, Éric Domb explique son émoi face aux propos tenu par M. de Becker: «Parler d’escroquerie, c’est de la calomnie, du mensonge. Si nous avons proposé un bail emphytéotique à la Commune, c’est justement pour empêcher toute forme d’enrichissement. Notre fondation d’intérêt public s’engage à ce que tous les revenus éventuels, que ce soit de la vente de bois ou d’autres activités, je dis bien tous les revenus reviendront à la forêt. Je suis simplement l’ensemblier dans ce projet. Je suis un homme comblé avec Pairi Daiza. Je n’ai aucun besoin économique. Notre objectif est seulement de renvoyer l’ascenseur à la nature. Il est impossible de nous attaquer sur le fond de ce dossier alors certains lobbies, je dis bien certains lobbies, sont prêts à mentir juste pour salir un projet alternatif comme le nôtre.»

Plus d’information dans L’Avenir Luxembourg de ce samedi.