MUSIQUE

Le mois de juillet 2016 dans la ziquemachine à remonter le temps

Le mois de juillet 2016 dans la ziquemachine à remonter le temps

Los Del Rio et Mia Frye. alphaspirit - Fotolia

Petit moment de détente musical. Qu’écoutait-on en juillet 2006, 1996, 1986, etc.? Réponse dans ce petit montage signé Patrick Zirpolo qui nous emmène dans une ziquemachine à remonter le temps.

 

2006 Gnarls Barkley – Crazy

 

Été 2006. Le mois de juillet est extrêmement chaud en Belgique – plus que ceux de 1947, 1976 et 2003, années de canicule – et sur les pistes de danse, on transpire sur Crazy de Gnarls Barkley. Quel drôle de nom pour un chanteur… En fait, il s’agit d’un groupe, né en 2005 à New York, fruit de la réunion entre le chanteur Cee Lo Green (dont le groupe d’origine est Goodie Mob) et le producteur Brian Burton (alias Danger Mouse), que l’on a retrouvé récemment à la production des albums de U2 ou des Red Hot. Crazy est leur premier single et c’est un carton. Il se place même en tête des charts en Angleterre avant sa sortie physique, uniquement grâce aux téléchargements. Crazy a été élue Meilleure Chanson de la Décennie 2000-2010 par le magazine américain Rolling Stones.

L’info pour faire le malin. La chanson est basée sur un sample de Nel Cimitero Di Tucson de Gianfranco Reverberi, extrait de la bande originale de Django, prépare ton cercueil (Preparati la bara!), un western spaghetti réalisé en 1968 par Ferdinando Baldi.

1996 Los Del Rios – Macarena

C’est une belle histoire qui arrive à Antonio Romero et Rafael Ruiz au milieu de cette année 1996. Les deux chanteurs espagnols, originaires de la province de Séville, chantent depuis les années 60 au sein de Los Del Rio. La chanson Macarena est écrite en 1992, lors d’une tournée zu Venezuela. Elle s’intitule alors Magdalena et elle vise à accompagner une danseuse de flamenco. Le titre est changé en Macarena car la chanson Magdalena existe déjà. Si la Macarena est déjà un succès en Espagne, au Mexique et à Porto Rico, elle ne franchit pas vraiment les frontières. C’est en 1996 que le groupe Bayside Boys tombe sur le titre et décide de le remixer en y ajoutant un sample du rire d’Alison Moyet capturé sur le titre Situation du groupe Yazoo. Le single devient un hit à travers le monde. Le single se classe à la première place dans de nombreux autres pays incluant l’Allemagne, l’Autriche, les USA, la France, les Pays-Bas, la Belgique, la Suisse, la Finlande, la Nouvelle-Zélande et l’Australie.

L’info pour faire le malin. En France et en Belgique, la chorégraphie créée par Mia Frye contribuera aussi au succès de la chanson.

1986 Images – Les Démons de Minuit

Je suis sûr que rien qu’en lisant le titre, la chanson vous est venue immédiatement en tête. Tube de l’été 1986, Les démons de minuit vaut au groupe toulousain Images de sortir de l’ombre. Derrière Images on retrouve Jean-Louis Pujade et Christophe Després, qui s’associent au chanteur d’origine mauricienne Mario Ramsamy. Ils ont pour ambition de sortir un titre en anglais intitulé Emotion love tonight (ou Love Emotion, les sources divergent). Malheureusement pour le trio, c’est un bide: aucune maison de disques ne veut les signer. Mais le producteur toulousain Richard Seff (auteur de Ma prière pour Mike Brant mais aussi producteur historique de Francis Cabrel et de Jean-Pierre Mader!) ne se laisse pas abattre et demande au trio de retravailler la chanson en français. Bingo! Les maisons de disques se pressent au portillon et c’est Warner qui emporte le morceau. Le titre restera 13 semaines en tête du Top 50 français.

L’info pour faire le malin. Le clip fera scandale à sa sortie car on y voit un prêtre tomber sous le charme d’une jeune paroissienne peu farouche…

1976 Johnny Hallyday – Derrière l’amour

C’est en replongeant dans les archives que l’on se rend compte du nombre de tubes que Johnny a accumulé. Et si Derrière l’amour ne figure pas au panthéon des chansons les plus marquantes de l’ex-idole des jeunes, elle lui a permis de figurer en tête des hit-parades durant l’été très chaud de 1976. Ce single est sorti quatre mois après Requiem pour un fou et sera suivi trois mois plus tard par Gabrielle, excusez du peu (comme dirait l’autre). Et devinez qui l’on retrouve à l’écriture de ce titre? Toto Cutugno et Pierre Delanoë! Soit le même duo que l’on retrouvait – en plus de Claude Lemesle – derrière L’été indien de Joe Dassin, tube de l’été 1975.

L’info pour faire le malin. L’album éponyme Derrière l’amour a été réalisé par Jacques Revaux, compositeur de Comme d’habitude pour Claude François et fondateur du label Tréma. C’est aussi le fidèle compositeur de Michel Sardou (La Maladie d’amour, Les Vieux mariés, Les Villes de solitude, Le France, Je vais t’aimer, La Java de Broadway, Les Lacs du Connemara…)

1966 Salvatore Adamo – Ton nom

L’été est propice au succès de bluettes qui permettent aux couples de s’enlacer sur les pistes de danse. Ton nom de Salavatore Adamo n’échappe pas à la règle: «Ton nom, Dans la nuit se dévoile, Et d’étoile en étoile, Il s’imprègne d’amour…» Il faut dire qu’Adamo n’a que 22 ans à l’époque… Mais il est l’un des plus gros vendeurs de disques de l’époque, avec des tubes comme Sans toi ma mie, Tombe la neige, Vous permettez Monsieur, La Nuit, Dolce Paola, Les Filles du bord de mer et Mes mains sur tes hanches…

L’info pour faire le malin. Avec Ton nom, Salvatore Adamo prendra la première place du hit-parade à Johnny Hallyday qui chantait Cheveux longs, idées courtes, texte en réponse aux critiques d’Antoine. Il restera trois semaines n°1 avant d’être détrôné par Michel Polnareff et son Love me, please love me…