VACANCES

Livres de l’été (1/3): dix livres qui font du bien

-
--dragonstock – Fotolia

Pour beaucoup, les vacances c’est avant tout synonyme de farniente. Mais pour certains c’est aussi l’occasion de lire un bon bouquin. Et dans le genre «livre de plage», deux styles s’offrent les premières places: la chick lit et le feel good. Voici notre sélection des dix livres qui font du bien pour cet été.

1. Karine Lambert : «Eh bien dansons maintenant !»

Ça raconte Marguerite – rebaptisée Maguy par son mari – a épousé, jeune, Henri qui est notaire. Ils ont un fils Frédéric qui a lui-même un fils, Ludovic. Après 55 ans de mariage, Henri meurt et Marguerite qui a toujours vécu dans l’ombre de son mari est un peu perdue. Marcel a grandi en Algérie que sa famille a fuie au début de la guerre. Plus tard, à Paris, il a heureusement retrouvé Nora sa petite voisine d’enfance et l’a épousée. Ils ont eu une fille. Ancien gardien au zoo, Marcel a une passion: le scrabble. Mais quand Nora meurt, noyée, sa vie s’effondre. Et bien entendu, ces deux-là vont se rencontrer…

On en pense C’est un beau roman, c’est une belle histoire aurait chanté Michel Fugain. Et pourquoi pas? Mais jamais Karine Lambert ne verse dans le happy end facile. Elle choisit d’y croire mais ne gomme pas les difficultés. S’aimer n’est pas plus facile à 80 ans qu’à 20.

Plage ou pas? Vous l’aurez compris, c’est le roman de vacances par excellence. Un peu moins de 300 pages qui se lisent facilement. Des héros attachants et émouvants. Une France qui reste un peu de cartes postales.

2. Fausto Brizzi : «Aimer trois fois par jour»

Ça raconte À plus de 40 ans, divorcé, père d’enfants distants, Diego sombre. Lorsqu’il se tourne vers les siens en espérant leur soutien, il se retrouve seul. Lui qui était aux abonnés absents pour les autres. Et si son bonheur passait par celui qu’il peut apporter à ses proches…

On en pense Un petit goût de trop peu après la lecture de ce deuxième roman de Fausto Brizzi. D’autant plus que le premier, Les beignets d’Oscar, était juste topissime même si le thème n’était pas facile.

Plage ou pas? Amusant, facile à lire, il peut se lire n’importe où. Sur la plage ou ailleurs… même s’il risque d’amener le lecteur à se poser des questions sur les relations qu’il a avec les siens…

3. Sophie Kinsella : «L’accro du shopping à la rescousse»

Ça raconte Becky part à la recherche de son père et du mari de sa meilleure amie disparus dans le Grand Ouest américain. Un trip en camping-car accompagné de sa «smala». Au programme: mystères, rodeo et foire aux cochons. Le tout saupoudré de rebondissements à la sauce «Accro du shopping».

On en pense Si on a aimé les précédents opus, on ne peut qu’aimer ce 8e tome. Car retrouver Becky, c’est un peu comme retrouver une amie. Mais la saga s’essouffle. Et on s’ennuie. De plus, il faut avoir lu les péripéties de Becky à Hollywood pour tout comprendre.

Plage ou pas? Écriture légère propice à la détente et à la sieste surtout !

4. Jean-Paul Didierlaurent: «Le reste de leur vie»

Ça raconte Ambroise est thanatopracteur (il embaume et embellit les morts) et vit chez sa grand-mère Beth. La jolie Manelle est aide à domicile et s’est prise d’affection pour le vieux Samuel. Atteint d’une tumeur au cerveau, ce dernier veut organiser sa mort.

On en pense Didierlaurent aime les métiers improbables – le liseur du 6 h 27 était pilonneur de livres – et les histoires qui refont le lien social et surtout finissent bien.

Plage ou pas? Et je dirai même plus… montagne! L’histoire se déroulant, en partie, au bord du lac Léman!

5. Virginie GRIMALDI : «Tu comprendras quand tu seras grande»

Ça raconte Du jour au lendemain, Julia plaque son travail à Paris pour devenir psychologue dans une maison de retraite dans le sud, alors qu’elle n’aime pas les vieux. Mais au contact des personnes âgées, la jeune femme apprend des leçons de vie, apprend à panser ses plaies et à affronter ses peurs.

On en pense Le style de Virginie Grimaldi est drôle et vif, mais légèrement addictif.

Plage ou pas? Ce livre est parfait pour la plage, si vous n’avez pas peur d’éclater de rire au détour d’une formule bien sentie ou de verser une petite larme dans les moments d’émotion. Vous pourrez toujours accuser les grains de sable…

6. Andrea Bennett : «Galina Pétrovna et son chien à trois pattes»

Ça raconte Dans la Russie des années 80, Galina Pétrovna voit embarquer par la fourrière «Boroda», son chien à trois pattes. La vieille dame et son amie Zoïa se lancent dans une folle expédition à Moscou. Objectif: faire jouer leurs relations haut placées pour sauver le toutou…

On en pense La jolie couverture, le titre accrocheur, le résumé laissait présager du meilleur. Si l’écriture est vive, efficace, drôle, on peine vraiment à rentrer dans cette histoire de septuagénaires en ébullition.

Plage ou pas? À lire sur le sable, si vous aimez vous endormir toutes les 5 minutes…

7. Kevin Kwan : «China girl»

Ça raconte Le hobby préféré de la jet-set asiatique? Dépenser ses millions pour assouvir tous ses caprices comme va le découvrir Rachel Wu alors qu’elle s’apprête à épouser le riche (très riche) Nick Young…

On en pense Dépaysement garanti avec ce roman où tout est luxe et volupté. Et en plus, on voyage dans des contrées exotiques. Mais gare au jet-lag, la multitude de personnages et de récits annexes fait parfois perdre le nord.

Plage ou pas? On conseille de lire les premiers chapitres au calme, le temps de faire connaissance avec tous ces milliardaires (c’est pire que Dallas). Mais après, tout est permis.

8. Jean-Claude Mourlevat : «Mes amis devenus»

Ça raconte À Ouessant, Sylvère Benoît a rendez-vous avec ses amis d’enfance. Ils ne se sont plus vus depuis 40 ans. Ces retrouvailles seront-elles à la hauteur de l’espoir qu’elles suscitent?

On en pense Vraie bonne surprise, Mes amis devenus joue sans cesse avec les émotions du lecteur. On ne peut s’empêcher de sourire, verser une larme, espérer… Et la plume de Jean-Claude Mourlevat est absolument réjouissante.

Plage ou pas? Des chapitres courts, une lecture fluide et des personnages attachants. Parfait pour l’été.

9. Sophie Tal men : «Les yeux couleur de pluie»

Ça raconte À 25 ans, Marie-Lou quitte ses montagnes natales et Grenoble pour effectuer ses quatre années d’internat en neurochirurgie à Brest. Elle y découvre le monde du travail, la vie en colocation et surtout le beau Matthieu, qui travaille dans le même hôpital qu’elle.

On en pense L’univers hospitalier fait penser à Grey’s Anatomy. S’y ajoute le folklore étudiant. À conseiller aux ados, universitaires et jeunes adultes.

Plage ou pas? Assurément. Même si les plages de Brest seront probablement plus froides que celles sur lesquelles vous vous trouverez cet été, ce roman y amènera un courant d’air romantique.

10. Martin Page : «L’art de revenir à la vie»

Ça raconte Martin est un quadra tout gris: un peu fauché, hypocondriaque, et généralement insatisfait. Bouffée d’oxygène financière: l’un de ses livres doit être adapté au cinéma. À Paris, la relation avec la productrice est très étrange, mais bien moins étrange que l’expérience qu’il vit la nuit: quand il remonte le temps et se confronte à son «moi» adolescent.

On en pense L’artifice de la «machine à remonter le temps» tombe bien à point pour sauver un roman qui s’annonçait terne et déprimant.

Plage ou pas?Court et linéaire, le roman correspond parfaitement à la lecture de plage sans prise de tête.

 

Les grands classiques

 

La chick lit s’est surtout épanouie sous les cieux anglo-saxons. Et ses auteurs sont souvent issus du monde de la presse. On ne présente plus Helen Fielding, Le journal de Bridget Jones (et plus si affinités…). Lauren Weisberger s’impose dès 2003 avec Le diable s’habille en Prada. De ce côté de l’Atlantique L’accro du shopping, la Londonienne Sophie Kinsella lance le mouvement tandis qu’à New York, Candace Bushnell continue à explorer l’Upper East Side. Mais le genre semble marquer le pas, mangé par les cinquante nuances de la new romance?

Rien de tel côté feel good où le genre se décline dans toutes les langues (preuve qu’on en a bien besoin). En France, comment ne pas penser à Katherine Pancol, ses crocodiles, tortues, écureuils et Muchachas? Mais il y a aussi Anna Gavalda, Didier Van Cauwelaert, Gilles Legardinier, Martin Page, Jean-Paul Didierlaurent, David Foenkinos, Romain Puertolas, Agnès Martin-Lugand ou encore Grégoire Delacourt.

Ailleurs, comment ne pas citer l’Anglais Peter Mayle qui a fait rêver (et rire) tout le monde avec Une année en Provence ou son compatriote David Nicholls et son joli Un jour ou encore Victoria Hislop et L’île des oubliés. Quant aux histoires de Jonas Jonasson et Katarina Mazetti, elles ont prouvé que les Suédois n’étaient pas que les rois du polar!