MARGUT (FRANCE)

Le corps d’Anaïs reste introuvable

Hier, on a cru quelques heures que les gendarmes français retrouveraient le cadavre d’Anaïs Guillaume, à Margut, près de Florenville.

Ce sont nos confrères français de l’Union qui l’ont annoncé les premiers sur leur site, hier. Depuis 11 h mercredi, une série de gendarmes et d’enquêteurs scientifiques de la région Champagne-Ardennes ont multiplié les investigations dans une maison de Margut, un village frontalier français situé juste en face de Villers-devant-Orval et Florenville.

L’habitation en question est située en face de l’ancienne gare de Margut et appartient à Philippe Gillet, l’agriculteur de Fromy (France) placé sous mandat d’arrêt en janvier dernier pour le meurtre d’Anaïs Guillaume.

Disparue en 2013

L’intéressé, quadragénaire, veuf, entretenait une liaison avec la jeune Anaïs Guillaume, 21 ans, qui avait disparu de la maison de Gillet la nuit du 16 au 17 avril 2013. On n’a jamais retrouvé trace de la jeune femme depuis ces trois années.

Deux jours après sa disparition, la voiture d’Anaïs avait été retrouvée complètement calcinée de l’autre côté de la frontière, dans un bois de Chameleux près de Florenville. Anaïs Guillaume avait aussi travaillé quelques semaines à l’usine Ferrero à Arlon, quelque temps avant sa disparition.

Ils n’ont rien trouvé

Depuis son incarcération en janvier, Gillet a toujours nié toute participation dans le meurtre de la jeune femme. Mais ce mercredi, l’inculpé a été extrait de sa cellule pour assister aux fouilles dans sa maison de Margut, en présence des enquêteurs et du juge d’instruction Vincent Dufour, de Reims.

Ce n’est pas la première fois que des fouilles sont entreprises à Margut et à la ferme voisine de Fromy, à quelques centaines de mètres de là.

Hier, de nombreux enquêteurs de l’institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale étaient sur place, de même que des chiens spécialisés dans la recherche de cadavres. La Commune de Margut avait aussi dû mettre certains de ses ouvriers communaux à disposition pour débroussailler des terrains proches de l’habitation.

Mais ni les fouilles de ces terrains ni d’une maison voisine à l’abandon à Margut n’ont permis aux enquêteurs de trouver trace du cadavre d’Anaïs Guillaume.

Ils ont poursuivi leurs investigations ensuite une partie de l’après-midi à la ferme de Fromy, avant de revenir une dernière fois à la maison de Margut.

Mais toujours sans résultat significatif, hormis quelques vérifications qui étaient indispensables pour la bonne marche de l’enquête.

Un peu plus de trois ans après la disparition de la jeune femme, l’enquête a fait un fameux bond en avant, en janvier 2016, en inculpant l’auteur supposé des faits, mais à ce jour aucun élément de police scientifique ni aucun témoignage ne permettent d’affirmer de façon certaine que l’agriculteur de Fromy est bien le meurtrier d’Anaïs Guillaume.

Il faudra que les enquêteurs trouvent d’autres preuves avant d’oser présenter Philippe Gillet devant un jury populaire d’assises.