MUSIQUE

Le mois de juin 2016 dans la ziquemachine à remonter le temps

Petit moment de détente musical. Qu’écoutait-on en juin 2006, 1996, 1986, etc.? Réponse dans ce petit montage signé Patrick Zirpolo qui nous emmène dans une ziquemachine à remonter le temps.

2006 Shakira feat. Wyclef Jean – Hips Don’t Lie

Quatre ans après son hit mondial Whenever, Wherever, Shakira fait encore mieux quatre ans plus tard avec Hips don’t lie, que la chanteuse colombienne interprète avec le rappeur et producteur haïtien Wyclef Jean. Ce titre vous dit quelque chose? Normal, car le rappeur haïtien l’a déjà chanté – sous le titre Dance like this – avec la chanteuse américaine Claudette Ortiz deux ans plus tôt, pour la B.O. de Dirty dancing 2. Alors que cette version ne sera jamais classée dans l’Ultratop, c’est tout le contraire pour la version de la star colombienne au déhanchement légendaire: entrée en 22e position le 22 avril 2006, elle sortira du classement sept mois plus tard, après être restée numéro en Wallonie du 20 mai au 8 juillet.

L’info pour faire le malin. La chanson sample un passage de l’intro du morceau salsa Amores Como El Nuestro de Jerry Rivera.

1996 Andrea Bocelli – Con te partirò

En 1996, la scène italienne voit arriver un nouveau venu: Andrea Bocelli. Ce jeune ténor aveugle de 38 ans, originaire de Toscane, est docteur en droit et a payé ses études grâce à des prestations dans de nombreux cabarets. En 1992, le chanteur Zuchero fait appel à lui pour chanter la voix témoin sur le morceau Miserere qu’il compte interpréter avec Pavarotti. Quand le ténor italien entend Bocelli, il est émerveillé. Pour le jeune ténor, tout se met en place pour qu’il tente sa chance dans la chanson. En 1996, il publie son 1er single, Con te partirò, qui restera dans l’Ultratop Wallonie pendant plus d’un an, se classant 5 semaines n°1 durant tout le mois de juin 1996. La chanson est signée par Francesco Sartori pour la musique et Lucio Quarantotto pour les paroles et Bocelli l’a interprétée pour la 1re fois en 1995 au festival de San Remo où il obtient un grand succès, mais qu’il ne gagne pas.

L’info pour faire le malin. En même temps que la version italienne sort une version anglaise – Time to Say Goodbye – que Bocelli interprète avec la soprano anglaise Sarah Brightman. Donna Summer en fera une version pop-dance assez horrible intitulée I Will Go with You en 1999.

1986 Sam Cooke – Wonderful World

En 1985, la marque de jeans Levi’s fait la promotion de son jean 501 avec une publicité qui marquera les esprits: on y voit le jeune mannequin britannique Nick Kamen se déshabiller dans une laverie sur la musique de I Heard It Through the Grapevine chantée en 1968 par Marvin Gaye. Le titre rentre à nouveau dans les charts quasi vingt ans après sa sortie initiale. Un an plus tard, Levi’s refait le coup en exhumant cette fois Wonderful World, chanson interprétée par Sam Cooke. Ce chanteur de soul américain né en 1931 est décédé 22 ans plus tôt, en 1964. Cette chanson, il l’a écrite en 1959 avec Lou Adler et Herb Alpert et enregistrée en 1960, se classant à la 12e place du Billboard américain. Vingt-six ans plus tard, elle est première dans de nombreux pays européens.

L’info pour faire le malin. La mort de Sam Cooke, alors en pleine gloire, a toujours été entourée de mystère. Certains affirment qu’il aurait été victime d’un complot mis sur pied suite à ses prises de position pour défendre les droits civiques des Afro-Américains.

1976 Michel Sardou – Je vais t’aimer

Comme le dit Bénabar avec humour dans l’une de ses chansons, il était de bon ton de se prénommer Michel pour rencontrer le succès dans la variété française au début des années 70. Aux côtés des Michel Fugain, Michel Polnareff, Michel Delpech, Michel Sardou ne fait pas pâle figure et enchaîne les tubes d’année en année. Mais 1976 est une année difficile, avec la mort de son père et des polémiques à répétition autour de chansons brûlots comme J’accuse, Le Temps des colonies et Je suis pour, favorable à la peine de mort. Mais sur l’album La Vieille, où l’on retrouve ces titres, figure aussi Je vais t’aimer, déclaration d’amour torride qui fera les beaux jours des amoureux lors de l’été caniculaire de 1976. Elle a été écrite par Gilles Thibaut pour les paroles et composée par Jacques Revaux et Michel Sardou, qui se sont inspirés du Concerto d’Aranjuez de Joaquín Rodrigo.

L’info pour faire le malin. Les paroles de Je vais t’aimer vous rappelle peut-être Que je t’aime, de Johnny Hallyday, sortie en 1969? C’est normal, car c’est également Gilles Thibaut qui en a écrit les paroles…

1966 Michel Polnareff – La poupée qui fait non

En 1966, un jeune homme déboule dans les hit-parades avec une chanson qui donne un nouveau souffle à la variété française, loin des yé-yé idolâtrés jusqu’alors. Ex-chanteur de rue, Michel Polnareff a remporté en novembre 1965 un concours organisé par la revue Disco Revue. Il gagne le 1er prix: un contrat chez Barclay. Un gain qu’il refuse, trouvant que Barclay est dépassé. Lucien Morisse le persuade de signer chez AZ et enregistre en mars 1966 La poupée qui fait non, chanson écrite l’année précédente alors qu’il se trouvait à Londres et qui lui a été inspirée par une affiche vue sur Carnaby Street. C’est immédiatement un tube qui condamne le jeune prodige contestataire au succès.

L’info pour faire le malin. Pour l’enregistrement, Michel Polnareff ne s’est pas entouré de manchots. Il travaille avec Jean Bouchety, arrangeur d’Eddy Mitchell, ainsi que John-Paul Jones, bassiste et claviériste de Led Zeppelin, et même de Jimmy Page, qui vient jouer de la guitare!