MANHAY

Chaulage communal aérien, une première à Manhay !

Chaulage communal aérien, une première à Manhay !

Le largage des 800 kilos de chaux ne prend que quelques secondes. EdA

Epandre de la chaux par hélicoptère, une méthode efficace qui a fait ses preuves. Une de plus à Manhay où la Commune fait office de pionnière.

Sur les hauteurs d’Odeigne, un bruit assourdissant de plus en plus proche, un vent qui se lève, un vent qui monte en puissance capable de décorner les taureaux les plus costauds.

Les yeux levés vers le ciel, affrontant des nuages de poussière tourbillonnants, on aperçoit un hélicoptère en vol stationnaire à une dizaine de mètres du sol. Suspendu à ce dernier, un panier conique équipé d’un moteur dans lequel on met entre 800 et 900 kg de chaux en une seule manœuvre.

Le chargeur retiré, l’Airbus h125 prend de l’altitude et s’en va avec sa cargaison. Quelques secondes plus tard, c’est une avalanche de dolomie qui s’abat sur des zones forestières bien délimitées le tout sous la surveillance d’Edwin Dufays, agent technique auprès de la DNF. Le travail effectué, l’hélicoptère revient au lieu de chargement. Une rotation complète dure environ deux minutes.

Un produit belge

Si le terme de chaux est couramment employé, il s’agit ici de dolomie, une roche sédimentaire carbonatée composée d’au moins 50% de dolomite, un carbonate double de calcium et de magnésium. Plus la roche est broyée finement, plus elle est de bonne qualité, car plus facilement assimilable par les plantes.

La dolomie qui a été utilisée sur la commune de Manhay est d’origine belge. La chaux permet de contrôler le pH afin de modifier l’acidité des sols. En effet, le sol a une tendance naturelle à l’acidification, ce qui nuit aux peuplements forestiers en général.

Plus qu’un moyen d’augmenter le pH, la chaux consiste en l’apport d’éléments calciques ou calcomagnésiens qui favorisent l’absorption des éléments nutritifs, présents dans le sol, par les arbres. Ainsi, cela favorise la croissance des arbres, tout en améliorant la structure et la stabilité du sol.

La chaux maintient ou intensifie l’activité microbienne, permet de contrôler et d’améliorer la fertilité du sol. Grâce à son effet sur la fertilité du sol, la chaux permet non seulement d’augmenter les rendements, mais aussi de redonner «un coup de fouet» aux arbres affaiblis ou dépérissants.

Une première en Luxembourg

Le spécialiste de l’épandage aérien c’est Yves Pirothon, dont la société est située à Harre (Manhay). Si au départ, il soufflait la chaux au moyen d’une machine sur roues, cela fait quelques années qu’il utilise la voie des airs. Il faut compter environ 300 euros l’hectare. 430 tonnes ont été épandues sur approximativement 200 hectares d’épicéas âgés de 5 à 65 ans.

Un périmètre de sécurité de plusieurs dizaines de mètres est mis en place autour des Lifes, réserves naturelles, sources et abords de cours d’eau afin d’éviter le moindre problème. Si l’épandage aérien est une méthode connue dans les forêts privées, il s’agissait d’une première sur des bois communaux: «Je suis convaincu du bien-fondé de la méthode et il ne fait aucun doute que notre investissement à long terme est primordial pour garantir une forêt saine, fertile et rentable», précise l’échevin Benoît Lesenfants.