MUSIQUE

Le mois de janvier 2016 dans la ziquemachine à remonter le temps

Petit moment de détente musical. Qu’écoutait-on en janvier 2006, 1996, 1986, etc.? Réponse dans ce petit montage signé Patrick Zirpolo qui nous emmène dans une ziquemachine à remonter le temps.

2006 Kamel – Mon amour

Dans la nuit de Nouvel An 2005-2006, vous avez peut-être dansé sur cette chanson orientale, Mon amour, chantée par Kamel. Mais qui est donc ce Kamel? En fait, il s’appelle Kamel Shadi et est le fondateur du groupe franco-marocain de raï Sawt el Atlas (NDLR: la voix de l’Atlas), qui a occupé la première place des hit-parades en 2000 avec Ne me jugez pas. Sawt El Atlas avait adopté une musique inspirée par la culture traditionnelle orientale, le reggae, le funk et le groove. L’info pour faire le malin. Disparu des radars, Kamel Shadi tente un come-back en solo en 2011 avec Chez moi (Bladi bladi). Mais sans véritablement percer.

1996 Sister Queen – Let me be a Drag Queen

Phénomène répandu en Angleterre (NDLR: on pense notamment à Freddy Mercury dans certaines vidéos), les Drag Queen font une percée mondiale au milieu des années 90. Les Drag Queen, ce sont ces hommes qui s’habillent en femmes en exagérant le trait pour jouer un rôle dans un spectacle. Formé d’Allison, Felicidad, Tonya et Yazz, le groupe Sister Queen comprend rapidement le potentiel commercial qu’il peut tirer de cette singularité en produisant des disques de dance-house. Let me be a Drag Queen sera le seul succès du groupe. L’info pour faire le malin. Sister Queen avait un slogan: «Peace and condom» («Paix et capote»).

1986 Elton John – Nikita

En 1985, Elton John publie Ice on Fire, album sur lequel figure Nikita, chanson romantique dans laquelle le chanteur déclare sa flamme à une jolie garde-frontière de l’Allemagne de l’Est, prénommée Nikita, mais qu’il ne peut pas rencontrer à cause de la guerre froide entre l’Est et l’Ouest. Une thématique qu’il ne sera pas le seul à aborder à cette époque: Sting fera de même dans la chanson Russians, sortie en novembre 1985. Le vidéoclip de la chanson a été réalisé par Ken Russell et met en scène Anya Major, une ex-athlète anglaise, dans le rôle de Nikita. L’info pour faire le malin. Si vous écoutez bien les chœurs, vous reconnaîtrez la voix de George Michael.

1976 Nicolas Peyrac – Et mon père

Au début de l’année 1976, Nicolas Peyrac, triomphe avec Et mon père, une chanson qu’il a écrite sur les bancs de la fac de médecine à Paris (NDLR: ses deux parents étaient médecins). Dans cette chanson, il évoque l’âme et l’esprit de la Rive gauche des cinq dernières décennies. Et mon père succède à So far away from L.A., autre tube. Durant le 1er trimestre de 1976, il en vendra 800 000 copies! L’info pour faire le malin. Le vrai nom de Nicolas Peyrac est Jean-Jacques Tazartez.

1966 Christophe – Les marionnettes

Moins d’un an après avoir obtenu son premier succès avec Aline, Christophe récidive avec Les marionnettes à la fin de l’année 1965 et début 1966. Cette chanson, il l’a écrite durant l’été 1965 en se rappelant avoir regardé par le trou de la serrure sa maman – qui était couturière – habiller de jeunes mannequins puis récupérer les chutes de tissus pour habiller ses marionnettes. Il évoque aussi le souvenir de l’un de ses premiers amours, une placeuse de cinéma qu’il emmènera faire un tour à la fête foraine. L’info pour faire le malin. Comme le raconte Fabien Lecœuvre dans son Dictionnaire, histoire des chansons de A à Z, Christophe a dû quasi se battre avec le producteur Albert Raisner pour chanter sa chanson lors de l’émission Age tendre et tête de bois. Le producteur lui préférait une autre chanson, Je chante pour un ami, qu’il avait, comme par hasard, cosignée…