LIÈGE

Liège : le premier café où le client paye les minutes passées

Alice Caterina et Thomas Detilleux ont ouvert L’Office dans la rue Souverain-Pont.
Alice Caterina et Thomas Detilleux ont ouvert L’Office dans la rue Souverain-Pont.-ÉdA Hermann

L’Office Café vient d’ouvrir ses portes dans le centre de Liège. Le concept «pay per minute» fait pour la première fois son apparition en Wallonie. Le client ne paye pas ses consommations, mais le temps passé.

Un café dans lequel les clients ne paient pas leurs consommations, mais le temps qu’ils y passent. Le concept est simple, mais commence pourtant à peine à faire son apparition.

Alice Caterina et Thomas Detilleux ont ouvert «L’Office Café», le week-end dernier dans la rue Souverain-Pont à Liège. Il s’agit du premier établissement du genre en Cité ardente et même en Wallonie. Ixelles a pour sa part vu un tel café ouvrir récemment.

Le concept de «l’anticafé»

«À la base, c’est un concept qui vient des pays de l’Est, où on les appelle “Zifferblatt”», explique Alice Caterina. Ce terme signifie «cadran», à la fois en russe et en allemand. Le concept, que l’on qualifie également «anticafé», est très à la mode à Moscou et s’est propagé dans les capitales ces deux ou trois dernières années. «Il remporte un succès fou à Paris, il y a même un système de franchises…»

Le couple avait «envie de privilégier une initiative privée. Cela faisait un certain temps que j’avais envie d’entreprendre, mais j’attendais “la” bonne idée», sourit la jeune patronne. L’idée consiste ici à créer un endroit qui se situe entre la détente et le lieu de travail, s’inscrivant dans le principe de la «third place», un tiers-lieu qui vient s’ajouter aux deux autres grands lieux des échanges humains: la maison et le travail.

«

Nous voulions proposer une alternative, entre les cafés traditionnels et les espaces de travail.

»

«On a vu apparaître pas mal d’espaces de coworking, y compris à Liège. Ces endroits restent neutres, à mon sens, assez proches du business center. Nous voulions proposer une alternative, entre les cafés traditionnels et ces espaces de travail», poursuit Alice Caterina.

C’est assez naturellement que le couple s’est tourné vers la rue Souverain-Pont, un axe piétonnier du centre-ville progressivement devenu branché, ces dernières années. Le bâtiment est un ancien dancing, fermé depuis une décennie.

Thomas Detilleux étant architecte, il a conçu L’Office «dans l’esprit d’un loft, en mettant l’espace en valeur. En cela, on se distingue un peu des “pay per minute” parisiens, dont l’atmosphère est scandinave. Nous savons que le public liégeois est attentif aux aménagements, que nous avons imaginés chaleureux, déco, design», explique-t-elle.

Une carte magnétique pour les clients

En pratique, les clients qui s’y rendent se voient remettre une carte magnétique, qui permet de décompter le temps passé. La première heure est entièrement payée, puis débute un comptage par tranches de 10 minutes. «La toute première heure coûte 4,50€ et les suivantes, 3,60€. Le café, le thé, l’eau de source et les en-cas sont compris dans le forfait. Nous proposons aussi des boissons bien-être», moyennant un petit supplément.

En plus de l’espace détente et/ou de travail que peut constituer un café “pay per minute”, le mode de consommation diffère donc bien de celui des établissements classiques. On peut y voir une autre manière de passer du temps dans un lieu, alors que le prix des boissons est parfois prohibitif dans l’Horeca.

«Nous nous ouvrons à un large public, en proposant une alternative à la consommation classique.» Après quelques jours d’ouverture, Alice Caterina a d’ores et déjà observé les attentes des clients. «En semaine, ils viennent avec leur ordinateur et travaillent. Le week-end, on est plus dans la détente.» Chacun peut donc y trouver son compte, ce qui préfigure peut-être l’avènement d’autres cafés “pay per minute” et la généralisation d’une nouvelle forme de consommation.

www.lofficecafe.be

Une campagne de crowdfunding

Alice Caterina et Thomas Detilleux ont lancé une campagne de crowdfunding (ou «financement participatif») via la plateforme liégeoise Crowd’in. «Nous l’avons fait pour pouvoir financer la fin des aménagements du café, mais aussi l’installation du wifi très haut débit.»

Les contributeurs peuvent verser des montants à partir de 5 euros. Chaque mise implique une contrepartie.

Toutes les explications sur la campagne en cliquant sur ce lien.

Liège : le premier café où le client paye les minutes passées L’Office a ouvert ses portes dans la rue Souverain-Pont à Liège.-ÉdA Hermann

Suivez notre page L'Avenir Sport sur Facebook