BEAUVECHAIN

150 amateurs sur scène pour le spectacle des fêtes de la Saint-Martin

Comme chaque années pendant les fêtes de la Saint-Martin, en plus d'un parcours d'artistes de grande renommée, un spectacle est proposé chaque week-end aux visiteurs. Particularité? Il met en scène des acteurs amateurs, tous habitants de la commune. Cette année, ils revisitent "Les Misérables" de Victor Hugo. La première avait lieu samedi soir dans l'église Saint-Martin à Tourinnes-La-Grosse. La salle était comble. Découvrez nos photos.

Le succès des deux premières représentations des «Misérables», jouées dans le cadre des Fêtes de la Saint-Martin, s’explique par la valeur de l’œuvre de Victor Hugo, l’implication de cent cinquante personnes (comédiens, musiciens, choristes, personnel des coulisses…), la mise en scène de Muriel Clairembourg et Jean-Marc Delhausse, les centaines d’heures de l’équipe de l’Atelier Clandestin (qui fête son vingtième anniversaire) pour confectionner les costumes, le réalisme des différents décors changés chaque fois en un temps record, etc.

On l’oublie trop souvent mais ces décors sont un ensemble où chaque détail a son importance et cela n’est possible que grâce à la collecte d’une série impressionnante d’objets par les participants, la coordination étant confiée à Jacques Callens de Néthen (photo en médaillon).

«J’ai commencé à jouer dans le spectacle en 1982, explique Jacques. C’est cinq ans plus tard que l’on m’a demandé de m’occuper aussi des accessoires. Cette année, il y a eu deux grosses difficultés: trouver une ombrelle du XIXe siècle et un exemplaire du journal «Le National» de la même époque. Finalement, il a été déniché à la bibliothèque de Louvain-la-Neuve dont les responsables ont permis qu’il soit photocopié et après, on l’a réimprimé! Par contre, pour les armes (revolvers, fusils…), ona eu plus facile, la marche Saint-Nicolas (Mettet) nous les prêtant. Quant à la soupière utilisée, elle a appartenu à la grand-mère de mon épouse Paulette!»

«Un travail formidable»

Cette année, la quête a dû s’effectuer sur une période plus courte que de coutume. «En effet, commente Didier Cloos, président des Amis de Tourinnes. Nous avions prévu de jouer cette année une adaptation du roman de Nikos Kazantsakis, Le Christ recrucifié. Pour diverses raisons, nous avons postposé ce projet. À ce moment, on était déjà à Pâques, les jeunes de notre conseil d’administration nous ont proposé de monter Les Misérables. Cela tombait bien, Muriel Clairembourg ayant déjà interprété des textes de Hugo. On lui a alors confié l’adaptation que nous jouons à présent. Elle connaît bien les comédiens tourinnois et a su écrire le texte en fonction de nombre de ceux-ci. Un travail formidable!»