LIVRE

Talbot House, lieu de mémoire et maison d’hôtes

La façade de la Talbot House, son jardin hier et aujourd’hui et sa chapelle reconstituée à l’identique.
La façade de la Talbot House, son jardin hier et aujourd’hui et sa chapelle reconstituée à l’identique.-

Les Allemands n’ayant jamais pu franchir la barrière d’Ypres, Poperinge était une ville protégée des combats où les soldats venaient se détendre.

Elle était d’ailleurs surnommée «Le petit Paris». C’est en décembre 1915 qu’un aumônier anglican, Philip Clayton, surnommé Tubby, et son ami Neville Talbot louent une maison de maître datant du XVIIIe siècle pour en faire un foyer ouvert à tous les soldats britanniques, sans distinction de grade. Ceux-ci peuvent ainsi venir s’y reposer, oublier un moment les atrocités de la guerre et des tranchées, «s’asseoir sur une chaise propre, prendre une tasse de thé, écrire une lettre ou lire un livre», selon le guide. D’abord baptisée Church House, elle prend rapidement le nom du frère de Neville, Gilbert Talbot, jeune lieutenant mort au combat en juillet 1915.

Un siècle plus tard, Talbot House, gérée par une ASBL belgo-britannique depuis 1929, est toujours un lieu de mémoire. Certaines pièces, comme la chambre-bureau de Tubby, véritable animateur du «club», ou la chapelle située sous le toit et à laquelle on accède par un étroit escalier pentu, ont été fidèlement reconstituées. Le site abrite également un musée permanent consacré à la vie à l’arrière du front pendant la Première Guerre mondiale ainsi qu’une salle réservée à des expositions temporaires. Il est aussi possible de visionner un film qui reconstitue une soirée théâtrale à la Talbot House pendant le conflit.

Et ce très bel endroit fait également maison d’hôtes, certaines chambres se situant aux étages, d’autres au fond du vaste jardin doté notamment de somptueux rosiers.

Talbot House, Gasthuisstraat, 8970 Poperinge. Ouverte du mardi au dimanche de 10h à 17h30. Tél.: 057/33 32 28.

Suivez notre page Culture sur Facebook