BELGIQUE

Et si les voitures ne traversaient plus le centre-ville de Liège ? L’asbl urbAgora ouvre le débat

-EdA Hermann

L’asbl urbAgora ouvre le débat sur les projets urbanistiques du centre-ville de Liège. Le but? «Rendre la ville plus accessible, plus conviviale pour ceux qui la pratiquent.»

L’asbl urbAgora, qui se donne pour mission de documenter et d’alimenter le débat urbain dans l’agglomération liégeoise, a présenté jeudi à Liège sa réflexion à propos de la dynamique d’ensemble de la mobilité dans et autour de l’hypercentre de la ville en prélude aux débats à venir sur le nouveau Plan communal de mobilité (PCM).

«Le point de départ de notre réflexion fut le projet de parking Place Cockerill à Liège», explique Caroline Minon, architecte et urbaniste, membre de l’équipe permanente d’urbAgora. «Il nous semblait ne pas y avoir un point de vue global autour de ce projet.»

UrbAgora plaide en faveur d’une réflexion d’ensemble autour des projets urbanistiques et de mobilité à Liège. «La question du tram doit aussi être soumise à une vision d’ensemble», déclare Caroline Minon. «Le but est de rendre la ville plus accessible, plus conviviale pour ceux qui la pratiquent.»

Créée en 2008, l’asbl urbAgora entend ouvrir le débat avec une question choc: «Et si les voitures ne traversaient plus le centre-ville de Liège?» La réponse ne peut bien entendu pas être radicale. «Nous ne sommes pas en faveur d’une piétonisation complète au cœur de Liège», avoue Laurent Nisen, membre d’urbAgora. «Mais il faut de nouvelles solutions telles la création de boucles intérieures pour réorganiser la circulation de transit et libérer le centre-ville. En s’inspirant de ce qui a été fait à Maastricht, nous préconisons également la construction d’un tunnel sous les quais de la rive gauche. Il permettrait aussi l’accès souterrain à différents parkings.»

Pour prolonger le débat, urbAgora organise le 1er septembre prochain à L’An Vert, en Outremeuse, une rencontre «Café Urbain» dont le thème sera «Vers un plan d’ensemble pour le centre-ville». Citoyens et représentants de la Ville de Liège sont invités à venir débattre.