OCTAVES DE LA MUSIQUE

Jean-Luc Fonck couronné par le prince Laurent pour ses 40 ans de carrière

La Fédération Wallonie-Bruxelles a remis ses octaves de la musique hier soir à Charleroi. Antoine Chance est l’artiste de l’année. Mais c’est Jean-Luc Fonck, octave d’honneur, qui a assuré le show lors de la cérémonie. Pour ses 40 ans de carrière.

Après une édition un peu particulière l’an dernier – les octaves de la musique fêtaient leurs 10 ans avec la participation de l’orchestre philharmonique de Liège –, c’est une cérémonie sous le ton de l’humour et de la bonne humeur qui s’est déroulée hier soir au Palais des Beaux-Arts de Charleroi.

En effet, après Adamo l’an dernier, c’était au tour de Jean-Luc Fonck de Sttellla de recevoir une octave d’honneur pour ses 40 ans de carrière, des mains du prince Laurent. Un prix qui tombait à pic pour le roi du jeu de mot, qui fêtait hier ses 58 printemps.

Durant toute la cérémonie, Jean-Luc Fonck a servi de fil rouge dans ce fameux style punko-belge-potache qui le caractérise. Allant d’une reprise de Torremolinos à la Jacques Brel à un Medley de ses plus grand succès, en passant par un paquet de Milky Ways remis à la ministre de la Culture Joëlle Milquet.

Sur scène, on a également pu applaudir les prestations de Fred and the Healers, Mochelan, Perry Rose, Jean-Luc Couchard… Le tout était entre-maillé par les remises de prix.

Après Stromae l’an dernier, c’est Antoine Chance qui a été récompensé dans la catégorie artiste de l’année. Comme quoi la patience – il a attendu dix ans avant de sortir son 1er album, Fou – est récompensée.

Le jury a préféré le fils de Philippe Geluck à B.J. Scott, Girls in Hawaii, Suarez et Mochelan. Le rappeur carolo se console avec l’octave dans la catégorie musiques urbaines. Les autres sont rentrés bredouilles.

Le prix de l’album de l’année a quant à lui été décerné à BRNS pour l’excellent Patine.«Un disque qui, comme un bon roman, vous happe dans ses ambiances et vous donne envie de continuer à vous y plonger», écrivait-on dans L’Avenir en octobre dernier.

Quant à l’octave du spectacle/concert de l’année, il a été décerné à Stromae, pour qui on devrait peut-être penser créer une catégorie à part… Blague à part, cette octave est amplement méritée. Et on ne voyait pas comment le jury aurait pu passer à côté alors que nos voisins français lui avaient octroyé une victoire dans la même catégorie voici un bon mois.

Signalons encore que l’octave de la chanson française a été attribuée à Ivan Tirtiaux, lui aussi auteur l’an dernier d’un premier album remarqué, qui mélange folk, blues ou bossa: L’envol.

Tout le palmarès des octaves de la musique ci-contre.

Suivez notre page Culture sur Facebook