JUSTICE

Le maximum pour la mort d’Ishane Jarfi

C’est en vain que les avocats de la défense ont plaidé des circonstances atténuantes pour les condamnés.
C’est en vain que les avocats de la défense ont plaidé des circonstances atténuantes pour les condamnés.-BELGA

La perpétuité pour les trois assassins d’Ishane Jarfi et 30 ans pour son meurtrier: le jury liégeois a été inflexible.

Les plaidoiries de la défense, pour atténuer le sévère réquisitoire du ministère public, n’ont pas fléchi, ce mardi, les jurés liégeois: dans l’après-midi, la cour d’assises de Liège a condamné Mutlu Kizilaslan, Jérémy Wintgens et Éric Parmentier à la peine de réclusion criminelle à perpétuité pour avoir commis l’assassinat homophobe d’Ihsane Jarfi. Ils n’ont réduit la peine demandée que pour Jonathan Lekeu qui, lui, a écopé d’une peine de 30 ans de prison pour meurtre homophobe.

Lors de la dernière matinée du procès, les avocats de la défense n’en avaient pas moins tout fait, afin de faire valoir des circonstances atténuantes en faveur des condamnés.

Pour Éric Parmentier, Me Luc Balaes avait ainsi souligné que son client avait été clair sur sa propre responsabilité dès le début de l’enquête. Il a reconnu avoir donné les premiers coups à Ihsane Jarfi dans une réaction trop excessive, a-t-il rappelé. Et l’avocat de faire valoir encore les regrets sincères du condamné, sa situation familiale et son parcours de vie difficile.

La défense de Jonathan Lekeu, reconnu coupable d’un meurtre homophobe et d’une agression sur une personne vulnérable, avait, elle, souligné que ce justiciable n’avait, jusqu’à ce lundi, jamais été condamné durant sa vie. Me Jordan Lecuyer sollicitait donc une peine entre 15 et 20 ans pour permettre à son client d’envisager son avenir, et de conserver une possibilité d’amendement.

Pour la défense de Jérémy Wintgens, Me Jean-Louis Gilissen a évoqué l’enfance perturbée de son client et son désir de se réinsérer dans la société. L’avocat a rappelé que Jérémy Wintgens est le seul condamné qui avait reconnu la circonstance aggravante d’homophobie.

Coran et déni

Me Philippe Moureau a soutenu, lui, que Mutlu Kizilaslan a été moins impliqué dans la scène. Son rôle serait donc plus périphérique. Et d’insister, aussi, sur l’état mental fragile de son client.

Lors de la dernière prise de parole, avant que les jurés et la cour se retirent pour délibérer, Jérémy Wintgens a annoncé qu’il a entamé la lecture du Coran, par respect pour la famille Jarfi.

Mutlu Kizilaslan, lui, a remis en cause le verdict du jury, en soutenant qu’il n’a pas contribué à l’homicide d’Ihsane Jarfi…