-

La défense d’Eric Parmentier plaide l’homicide involontaire

-
--BELGA

La défense d’Eric Parmentier a plaidé vendredi matin devant la cour d’assises de Liège l’homicide involontaire en faveur de son client.

La défense conteste l’intention de tuer, la préméditation des faits et le caractère homophobe de l’agression d’Ihsane Jarfi.

Après avoir dénoncé l’influence du monde institutionnel et politique sur l’enquête, la défense d’Eric Parmentier a contesté la qualification des faits qui sont reprochés à son client. Me Luc Balaes et Me Delphine Rossi ont affirmé qu’Eric Parmentier n’avait pas l’intention de tuer Ihsane Jarfi lorsqu’il l’a frappé. Ils estiment qu’il doit être déclaré coupable de coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Selon Me Luc Balaes, Eric Parmentier et les autres accusés ne se sont pas rendus dans le centre de Liège pour agresser un homosexuel. Leur démarche initiale n’était pas homophobe et leur comportement n’était pas prémédité. Lorsqu’Ihsane Jarfi, entré dans la voiture d’Eric Parmentier, a formulé des propositions homosexuelles, Eric Parmentier aurait été emporté par un sentiment violent. La première scène de coups aurait donc été initiée sous l’effet de la colère. Cette colère aurait persisté tout au long de la nuit, sans s’atténuer et permettre aux accusés de prendre du recul. La préméditation de l’acte n’aurait donc pu s’installer, soutient la défense.

«La colère engendre une violence inacceptable. Mais les faits n’ont pas été prémédités. Eric Parmentier n’avait pas non plus l’intention de tuer Ihsane Jarfi. Après les faits, il était persuadé qu’ Ihsane Jarfi allait rejoindre les maisons qui se situent à proximité du lieu où il a été découvert et qu’il allait rentrer chez lui», a plaidé l’avocat.

Pour la défense d’Eric Parmentier, le mobile discriminatoire doit être écarté. Les avocats contestent la circonstance aggravante d’homophobie. «Rien ne démontre qu’ils sont partis pour s’en prendre à une personne d’une certaine catégorie. Il n’y a pas de discrimination au départ. Ce sont les propos d’Ihsane Jarfi qui ont déclenché la colère d’Eric Parmentier. La motivation d’Eric Parmentier ne vise pas l’homosexualité d’Ihsane Jarfi mais les propos prononcés», a estimé Me Balaes.

Selon la défense, une société plurielle se base aussi sur des valeurs différentes. «Si l’on veut une société tolérante, il faut aussi accepter que tout le monde n’a pas les même valeurs. C’est l’esprit de cette loi’, a souligné l’avocat.

Me Delphine Rossi est revenue sur les circonstances de la mort d’Ihsane Jarfi. Selon elle, les accusés n’ont pas réalisé qu’Ihsane Jarfi risquait de mourir lorsqu’il a été abandonné dans une prairie. Lorsqu’ils ont quitté les lieux, Ihsane Jarfi respirait encore. L’avocate a également contesté les faits de tortures reprochés à Eric Parmentier.

La défense de Jonathan Lekeu plaidera ce vendredi après-midi.