ASSISES DE LIÈGE -

Ishane Jarfi: des proches des accusés auraient organisé une réunion de crise

La compagne de Mutlu Kizilaslan (au centre) est suspectée d’avoir caché qu’elle avait obtenu des confidences sur les faits.
La compagne de Mutlu Kizilaslan (au centre) est suspectée d’avoir caché qu’elle avait obtenu des confidences sur les faits.-BELGA

Plusieurs proches des accusés auraient organisé entre la disparition d’Ihsane Jarfi et la découverte de son cadavre une réunion de crise, ont annoncé vendredi certains témoins devant la cour d’assises de Liège.

La compagne de Mutlu Kizilaslan est suspectée d’avoir caché qu’elle avait obtenu des confidences sur les faits et d’en avoir fait part aux membres des familles des autres accusés.

Ihsane Jarfi avait disparu depuis la nuit du dimanche 22 avril 2012. Son corps avait été retrouvé le 1er mai 2012. Entre ces deux dates, une rencontre avait eu lieu le 30 avril entre certains membres des familles de Mutlu Kizilaslan, Jérémy Wintgens et Jonathan Lekeu. Il s’agissait d’une sorte de réunion de famille lors de laquelle les faits commis sur Ihsane Jarfi auraient été abordés. Certains témoins avaient précisé qu’il s’agissait d’une rencontre fortuite ou spontanée, née des circonstances qui ont suivi les arrestations de trois des accusés. Mais d’autres témoins ont laissé entendre qu’il pouvait s’agir d’une réunion plus stratégique organisée par la compagne de Mutlu Kizilaslan.

Cette compagne est désormais suspectée de ne pas avoir dit la vérité lors de son premier témoignage devant la cour d’assises de Liège. Elle est surtout suspectée d’avoir obtenu les confidences de Mutlu Kizilaslan au lendemain des faits, le 22 avril 2012. Mutlu Kizilaslan aurait révélé à sa compagne qu’il avait été impliqué dans une bagarre lors de laquelle un musulman avait été laissé pour mort.

Les personnes qui ont participé à cette réunion sont les proches de Mutlu Kizilaslan, de Jérémy Wintgens et de Jonathan Lekeu. Avant même la découverte du cadavre d’Ihsane Jarfi, ces personnes auraient été informées de ce que ces trois accusés avaient commis. Une photo d’Ihsane Jarfi aurait même été exhibée. Concrètement, le lien entre les arrestations des accusés et la disparition d’Ihsane Jarfi aurait été réalisé lors de cette réunion.

Face à ces déclarations contradictoires, la Cour a été obligée de convoquer plusieurs témoins en urgence pour les confronter et tenter d’obtenir la vérité sur le type d’information qui a été échangé lors de cette réunion. Mais le président Gorlé s’est retrouvé face à 5 personnes qui présentent des versions différentes et affirment ne plus se souvenir de cette journée, au cours de laquelle, pourtant, leurs proches ont été arrêtés pour des faits graves. «Je ne peux croire qu’une chose, c’est que vous essayez de nous égarer», a constaté le président.

La compagne de Mutlu Kizilaslan est suspectée d’avoir menti pour le protéger. Le matin du 22 avril 2012, Kizilaslan lui aurait tout raconté de la scène qui a coûté la vie à Ihsane Jarfi.