Assises Liège - Ihsane Jarfi voulait téléphoner pour rentrer chez lui

Un témoin capital a révélé vendredi aux jurés de la cour d'assises de Liège qu'Ihsane Jarfi aurait pu échapper à son agression s'il avait disposé d'un téléphone en ordre de fonctionnement. Quelques minutes avant de monter dans la voiture de Mutlu Kizilaslan, Jérémy Wintgens, Jonathan Lekeu et Eric Parmentier, il avait vainement tenté de téléphoner pour se faire reconduire chez lui.

Ihsane Jarfi (32 ans) avait disparu la nuit du dimanche 22 avril 2012 alors qu'il se trouvait à Liège devant l'Open Bar, un établissement essentiellement fréquenté par des homosexuels. Une dame avait été le témoin direct de sa disparition puisqu'elle avait été impliquée dans la scène lors de laquelle Ihsane Jarfi avait été embarqué par ses agresseurs.

Cette dame a expliqué devant les jurés de la cour d'assises qu'elle était présente devant l'établissement et qu'elle avait engagé la conversation avec Ihsane Jarfi. Celui-ci semblait être sous l'influence de l'alcool. Il cherchait un téléphone car son propre appareil était en panne de batterie. Ihsane Jarfi souhaitait appeler son frère afin qu'il vienne le chercher.

A l'issue de cette conversation, la VW Polo des accusés s'était immobilisée devant l'Open Bar. La demoiselle qui avait discuté avec Ihsane Jarfi avait été hélée par le passager de la voiture. "Eh, Mademoiselle, qu'est-ce que vous faites?", avait demandé Jérémy Wintgens probablement attiré par le décolleté de la jeune femme.

"Ils voulaient m'emmener boire un verre, faire la fête et me ramener chez moi. Mais ils insistaient beaucoup trop à mon goût. Ihsane Jarfi est arrivé derrière moi, m'a prise par la taille dans un geste protecteur et m'a demandé de rentrer dans l'Open Bar. Peut-être a-t-il senti que quelque chose d'étrange se produisait. Ensuite, il est entré dans cette voiture", a détaillé le témoin.

D'autres témoins, qui se trouvaient à proximité de l'Open Bar, ont confirmé qu'ils avaient été préalablement abordés par les accusés durant la nuit du 22 avril 2012. Ils ont également confirmé que de l'agressivité transpirait de leurs propos. Les accusés cherchaient l'affrontement.

Le procès a été suspendu pour le week-end. En raison du mouvement de grève qui doit toucher la province de Liège lundi, le président Philippe Gorlé a décidé que l'audience de lundi n'aurait pas lieu. Les débats reprendront mardi à 09h00 avec les comparutions des médecins légistes et de différents experts.

# Belga context View full context on [BelgaBox]