L’autre, autrement

Une main «géographique» sur un fond noir. Une carte en prolongement de la couverture et 144 pages, ni plus, ni moins, sans une seule photo.

Le dernier-né des Ateliers Henry Dougier (éditions Autrement) est une collection pas comme les autres. «Lignes de vie d’un peuple» veut, en effet, à travers le regard de Français vivant sur place (journalistes, écrivains, universitaires) évoquer plus de cent peuples: pays, régions ou diasporas. Cinq titres sont déjà sortis (Les Catalans, Les Suisses, Les Islandais, Les Napolitains, Les Ukrainiens) et quatre autres sont annoncés pour novembre (Les Canadiens francophones, Les Brésiliens, Les Irlandais et Les Roumains). Nous avons pu feuilleter les livres consacrés aux Islandais et aux Brésiliens. Non seulement le format est agréable et la maquette soignée, ce qui rend la lecture vraiment facile malgré l’absence d’illustrations. Mais surtout, l’approche de ces peuples, on a presque envie de dire plus simplement de ces gens, est inédite. D’abord par la liberté laissée manifestement aux auteurs. C’est avec sa propre vision du pays, exposée en avant-propos, que chacun d’eux aborde son pays d’adoption. Viennent ensuite quelques chapitres thématiques (entre 4 et 6) qui proposent la découverte de la société, de son histoire, de ses défis, de ses atouts etc. à travers une série d’articles, reflets d’autant d’interviews d’habitants du cru. Une parole donnée au plus grand nombre puisqu’on y retrouve tout autant des professeurs d’université, des artistes, des journalistes, même une ancienne présidente de l’Islande mais aussi des jeunes, des travailleurs, des immigrés… Chaque article formant d’ailleurs un tout, laissant le lecteur libre d’entrer comme il le désire dans les récits proposés. L’aventure devrait durer dix ans et dès la fin de cette année, des e-book enrichis donneront une ampleur multimédia au projet. Une belle manière de découvrir l’autre, autrement et vraiment!

Lignes de vie d’un peuple, Ateliers Henry Dougier, chaque livre coûte, en France, 12€ (compter un peu plus en Belgique).

Suivez notre page Culture sur Facebook