Mais qui est ce Peter Ludwig ?

Peter Ludwig vu par Andy Warhol.

Enfant de la grande bourgeoisie de Coblence, c’est à l’université de Mayence alors qu’il fait des études d’histoire de l’art que Peter Ludwig rencontre Irène Monheim.

Tous deux sont passionnés d’art. Dans cette Allemagne de l’immédiat après-guerre où toute une génération d’artistes «dégénérés» a été écartée des collections, Peter Ludwig choisit Picasso comme sujet de thèse en 1950. Tout un symbole.

Irène Monheim provient, elle, d’Aix-la-Chapelle où sa famille possède une importante chocolaterie.

Riche, le couple construira au fil du temps une collection artistique de quelque 6 000 pièces, de toutes les époques mais particulièrement du XXe siècle avec une très importante collection de Picasso et d’avant-garde russe. Sans oublier naturellement le pop art. Le couple a très tôt estimé que ces collections devaient être vues par le plus grand nombre. Dix-huit ans après la mort de Peter et quatre ans après celle d’Irène, plusieurs musées en Allemagne portent aujourd’hui le nom de Ludwig. Mais on en trouve aussi à Bâle, Pékin, Saint-Pétersbourg ou encore Vienne. Les œuvres exposées actuellement à Cologne (avant Vienne) proviennent de ces diverses institutions.