COMINES

Des Romains à la Grande Guerre

Une jeune compagnie très originale : «La Hanse des pieds poudreux picards»
Une jeune compagnie très originale : «La Hanse des pieds poudreux picards»-EdA

Les camps représentatifs de diverses époques de notre histoire constituaient une grande originalité de cette édition.

La ducasse des Cinq-chemins a aussi intégré la sixième édition des camps multi-époques. Ceux-ci étaient répartis dans différents endroits du quartier Demade; ce qui a parfois compliqué la visite des spectateurs.

Les différents protagonistes ont mis en évidence la qualité et la curiosité des visiteurs plutôt que la quantité. Dans les différents camps, bon nombre de passionnés de Wallonie picarde avaient endossé les habits de personnages historiques. Débutons notre petit aperçu dans l’ordre chronologique avec la 10e légion romaine de Luingne et son président Vincent Saint-François dans un splendide costume avec une cuirasse ornementée: «Je suis un légat ce qui correspond aujourd’hui à un général. Rome est une très belle époque de l’histoire. Notre légion romaine était la préférée de Jules César. Dans notre région, nous trouvions des Gaulois et spécifiquement des Nerviens. Les membres de notre compagnie viennent de Mouscron et Tournai. Nous faisons une demi-douzaine de camps par an ».

Une tente pas prévue pour la pluie…

Dans un autre espace, voici «La Hanse des pieds poudreux picards» fondée par l’ASBL tournaisienne «Les anim’associés». Doménic de Liège (nom d’emprunt pour l’histoire) nous présente la démarche qui est la leur:

«Nous sommes une jeune compagnie, présente à Comines pour la première fois. Nous sommes des marchands itinérants de la fin des croisades et nous faisons du commerce avec les Arabes pour amener leurs produits en Occident».

Ce campement présentait à la fois des produits fabriqués chez nous comme du tissu mais aussi ce qui a été ramené au fil de vingt ans de voyage comme une véritable tente berbère (protégée par une autre tente car il ne pleut pas dans le désert!), des épices, une corne de licorne…

De la guerre de sécession à la Grande Guerre

À côté, une autre compagnie médiévale, «Les chevaliers du loup» qui se veut être plus didactique avec du tissage, de l’armement, de la cuisine.

En passant par le camp de la guerre de sécession, nous nous retrouvons dans le camp centenaire de la Grande Guerre, côté allemand.

Le Cominois François Maekelberg du comité de la Bataille du Canal: «Ce campement est composé de trois pôles: un poste de mitrailleuse allemand reconstitué dans une ruine (les anciens murs de la Ferme Bleue), un poste d’infirmerie et une cantine (avec pour la première fois un petit magasin pour les soldats allemands). Mais cela devient de plus en plus difficile et coûteux de retrouver des objets.»

Suivez notre page L'Avenir Wallonie Picarde sur Facebook