HORNU

Quand l’art s’engage, Guns dégaine !

-EdA

Jusqu’au 21 septembre, Patrick Guns occupe les salles du MAC’s hornutois. L’occasion nous est ainsi donnée de découvrir l’univers d’un artiste qui s’engage sans forcément avoir l’air d’y toucher.

Les responsables du musée expliquent: «Dégagé des idéologies mais animé par une éthique, Patrick Guns pratique un art en empathie avec les victimes de la barbarie politique et du cynisme financier du monde contemporain». On aura dès lors deviné que ses sujets d’inspiration ne manquent pas à une époque où il suffit que le fric et la frime du foot assurent le spectacle pour qu’on néglige la misère quotidienne des favelas ou qu’on occulte la progression de sanglants fanatiques religieux en de nombreux points du globe. Mais revenons à nos moutons, surtout quand ceux-ci ne sont pas de Panurge. Ce qui est le cas de Patrick Guns, puisque les organisateurs poursuivent: «Mobilisé par sa joyeuse amertume, faisant volontiers éloge de la fuite, cet artiste pose en oblique sur des sujets graves de notre histoire un regard corrosif qui s’attaque au vernis dont notre société du spectacle les recouvre hypocritement. Jeux de mots, associations d’idées ou montage d’images constituent, loin de toute posture politiquement correcte, le principal arsenal poétique d’un créateur qui entend, avec une légèreté insoutenable, être responsable devant les désastres humanitaires que sont la guerre, le racisme, la peine de mort, l’immigration clandestine ou encore le pillage des richesses culturelles et économiques des pays pauvres». Pas de vacances pour l’engagement!