ROMAN

Esprit es-tu là ?

Hysdesville, nord de l’État de New York, 1848. La nuit, Kate, 11 ans, entend des bruits. On dirait qu’ils viennent de la cave.

Elle alerte sa sœur Maggie puis ses parents qui finissent par se rendre à l’évidence: leur maison est hantée. Cette révélation va faire leur gloire mais aussi leur perte. Dans un premier temps, les villageois se bousculent pour venir poser des questions à l’esprit avant de rejeter cette famille que le pasteur local a banni de l’Église méthodiste. Obligés de fuir à Rochester, capitale du comté, les Fox sont pris en charge par l’aînée de la fratrie, 35 ans, qui s’empresse de faire prospérer l’affaire en fondant une société spirite promise à un vif succès. Mais qui marque également le point de départ de la lente déchéance des deux cadettes dont les chemins passeront par New York et Londres. Multipliant les points du vue, Hubert Haddad brasse un demi-siècle de l’histoire des États-Unis, avec un arrêt pendant la Guerre de Sécession à laquelle prennent part différents protagonistes. Le lecteur est emporté par le souffle de l’écriture de l’auteur du Peintre d’éventail qui confirme sa capacité à mettre en scène des univers riches et complexes.

Hubert Haddad, «Théorie de la vilaine petite fille», Zulma, 398 p., 20€.

Suivez notre page Culture sur Facebook