ENVIRONNEMENT

Des jeunes faucons dérobés sur une falaise à Dinant

Sur la falaise d’Yvoir, la femelle faucon pèlerin est orpheline de ces trois petits…
Sur la falaise d’Yvoir, la femelle faucon pèlerin est orpheline de ces trois petits…-

Trois jeunes faucons pèlerins ont été dérobés sur une falaise près de Dinant. Ils alimenteront sans doute un trafic d’oiseaux de proie. Une enquête est en cours.

Stupeurs il y a une dizaine de jours pour les ornithologues de Natagora, l’association de défense de l’environnement: trois fauconneaux nés ce printemps et âgées d’une vingtaine de jours avaient disparu de leur nid.

Ils ne se sont pas envolés seuls – ils n’étaient pas encore matures – mais ont bien été dérobés. En plein cœur de la Réserve Naturelle Domaniale de Champalle à Yvoir près de Dinant.

L’alerte a été donnée par des riverains du site qui ont vu un homme qui venait de descendre de la paroi. L’homme, interpellé par des témoins, a expliqué qu’il faisait partie du club alpin belge. Ce qui est faux, l’escalade étant d’ailleurs interdites dans ce site protégé.

En réalité, indique Natagora, on est probablement face à un cas de vol lié au trafic d’oiseaux de proies. Un trafic qui alimente des élevages privés, des spectacles d’oiseaux ou la fauconnerie dans des pays comme l’Arabie Saoudite, le Pakistan ou même chez nous où ce type de chasse reste prisé.

«Il y a quelques années, des vols déjà commis chez nous avaient alimenté une filière européenne de trafic d’oiseaux de proie», indique Pierre Mossoux, guide ornithologique pour Natagora et qui suivait l’évolution de la nichée accrochée à la falaise d’Yvoir. Si le voleur a été vu, il n’a toujours pas pu être identifié et Pierre Mossoux craint que les jeunes oiseaux soient aujourd’hui déjà hors de Belgique.

Dans le cadre d’un programme de surveillance et d’étude, les ornithologues de l’Institut Royal des Sciences Naturelles, sont descendus et ont alors prélevé du matériel génétique (plumes) afin de pouvoir tracer les fauconneaux et d’aider à confondre les coupables.

Les coupables pourraient être confondus au moyen des relevés ADN prélevés au nid grâce aux plumes de la mère. L’ADN de nombreux faucons en captivité ou en liberté est connu de l’Institut Royal de Sciences Naturelles et a déjà été utilisé dans le cadre d’enquêtes similaires menées par la Police fédérale et la Cellule CITES du SPF Environnement.

Par contre, les jeunes faucons n’avaient pas eux-mêmes encore été approchés par les ornithologues. Ils devaient être bagués… le lendemain du vol.

Le faucon pélerin, qui avait quasiment disparu de Wallonie à une époque, est aujourd’hui bien réintroduit. Toutefois, un acte comme celui d’Yvoir a amputé à lui seul 2% des nichées annuelles de cette espèce en Wallonie…

«Chaque année nous enregistrons des vols dans les nids de rapaces», déplore Pierre Mossoux. Il s’agit soit d’oisillons, soit d’œufs prélevés par des éleveurs qui veulent ainsi renouveler leur élevage et ainsi y réduire la consanguinité.

Selon Natagora, il y aurait environ 400 faucons pèlerins en liberté en Belgique et 300 à 400 autres en captivité.

Suivez notre page L'Avenir Namur sur Facebook