Qu’est-ce que la dyslexie ?

L’école doit réagir vite pour éviter que l’estime de soi de l’enfant ne soit fragilisée.
L’école doit réagir vite pour éviter que l’estime de soi de l’enfant ne soit fragilisée.-S.Kobold - Fotolia

Les éditions Erasme ont sorti deux livres sur la dyslexie, l’un à destination des adultes, l’autre des enfants. Ils répondent aux questions sur la dyslexie.

«Dyslexie », c’est un mot que l’on entend souvent, sans toutefois en saisir parfaitement le sens. Les éditions Érasme nous proposent deux outils pour mieux appréhender ce trouble de l’apprentissage.

Qui est dyslexique?

La dyslexie touche 5% de la population. C’est la même proportion que la population des hauts potentiels… et certaines personnes sont à la fois HP et dyslexiques.

La dyslexie est souvent héréditaire, mais pas toujours. Si l’un des deux parents est dyslexique, la probabilité que l’enfant le soit est d’environ 50%.

La dyslexie, c’est quoi?

La dyslexie est une condition d’origine neurologique: à cause d’une organisation différente des connexions cérébrales, la personne dyslexique a des difficultés à lire, à orthographier correctement des mots, à rédiger des textes. Par contre, la personne dyslexique montre des habilités souvent supérieures dans d’autres domaines: habilité spatiale (représentation tridimensionnelle de l’espace), habilité artistique, capacité de résoudre des problèmes complexes sans se laisser distraire par les détails, performances en géométrie dans les jeux stratégiques et habilités technologiques.

Est-ce une maladie?

On ne guérit pas de la dyslexie avec des médicaments. Ce n’est pas une maladie, mais un syndrome, qui se manifeste par un ensemble de symptômes. Mais l’adulte dyslexique a mis en place des stratégies de compensations qui l’aident à faire face au langage écrit au quotidien.

Y a-t-il des indicateurs précoces?

L’organisation cérébrale du dyslexique est présente dès la naissance. Certains signes peuvent déjà indiquer une dyslexie avant l’apprentissage de la lecture: des cas de dyslexie dans la famille, une lenteur pour établir si l’enfant préfère la main gauche ou la main droite, une difficulté à suivre le rythme, des difficultés à nommer rapidement des objets familiers, des difficultés d’orientation dans l’espace et le temps… Le livre des éditions Érasme propose une grille d’alerte, qui permet de faire le point sur ce qui est à prendre en compte dans le fonctionnement scolaire et affectif d’enfants fragilisés dans leur apprentissage.

Les études scientifiques montrent qu’il est important de détecter tôt un risque de dyslexie, afin d’intervenir tôt. Car le pronostic est meilleur.

Quels thérapeutes?

Les acteurs principaux sont les logopèdes, qui travaillent sur la connaissance des sons, les voies de lectures, la compréhension et la mémoire du travail. Le psychothérapeute peut apporter écoute, soutien, conseil et accompagnement. D’autres intervenants peuvent être sollicités: un neuropsychologue, pour travailler la mémorisation, un orthoptiste («kiné des yeux »), pour l’entraînement visuel ou un psychomotricien pour compenser les fragilités spatio-temporelles ou graphiques.

Quelles adaptations?

Les élèves qui ont des difficultés d’apprentissage peuvent bénéficier d’un aménagement pendant la passation des épreuves du CEB selon les mêmes modalités que celles qui ont été mises en place pendant l’année scolaire, au cours des apprentissages. Les conditions: il faut qu’un spécialiste ait attesté le trouble et que l’école propose déjà un enseignement adapté.

Dans l’enseignement secondaire aussi, il est possible d’obtenir des aménagements, grâce au Pass Inclusion. Ce pass ne concerne pas que les dyslexiques. Il est destiné aux apprenants qui présentent des besoins qui ne sont pas pour autant classés comme «handicaps» au sens de l’OMS, qui disposent d’un diagnostic établi.

Le pass inclusion établit les actions à mener, les aménagements et accommodements à contractualiser. Mais il ne crée pas de droits standardisés.

Dr Vincent Goetry et coll., «Génération dyslecteurs. Bien comprendre la dyslexie pour mieux aider les dyslexiques », éditions Érasme, collection À la rescousse.