CONCERT

Le grand stade de Lille pour Patrick Bruel

Le grand stade de Lille pour Patrick Bruel

Le chanteur était il y a quelques jours dans le stade Pierre Mauroy. «Symboliquement,je suis content de ne pas être loin de la Belgique.» EdA

L’artiste sera en concertau stade nordiste, le 5 septembre. Un concert en partie pour les Belges qu’il nous explique lors de sa reconnaissance des lieux.

Le 5 septembre prochain, de nombreux Belges feront le déplacement à Lille pour la célébrissime braderie. Pas mal d’autres traverseront aussi la frontière pour le concert de Patrick Bruel dans l’antre du LOSC, répondant ainsi à l’un des objectifs du chanteur et de son staff…

«Par proximité avec la Belgique »

Tout est parti d’un tweet de ses fans qui lui proposaient de clôturer sa tournée actuelle au Stade de France et de fêter par la même occasion les 25 ans de son album Alors regarde vendu à trois millions d’exemplaires, cumulant des tubes tels que Casser la voix, Alors regarde, Place des grands hommes, J’te l’dis quand même… Le stade parisien était une suggestion peut-être trop ambitieuse mais toutefois une belle idée qui a finalement poussé à accepter un concert dans un autre grand stade. «On voulait que ce soit festif et c’est alors qu’il y a eu l’éclair de Lille dans notre esprit. Symboliquement, je suis content d’être en France, en particulier dans le Nord et pas loin de la Belgique. La région du Nord me gâte depuis ma première braderie: la première fois que j’ai chanté devant une grande masse, c’était lors de l’événement lillois, en septembre 1984. Je n’avais qu’une chanson: Marre de cette nana-là. Comme les gens faisaient tellement la fête, tapaient dans les mains, je l’ai chantée une seconde fois! C’est flatteur d’être le premier Français à chanter ici, d’autant plus que ce sera mon premier vrai grand stade tout seul. J’ai déjà fait le Stade de France mais ce n’était pas le même, c’était avec Johnny… détaille le chanteur tout en découvrant le site. Je ne l’avais jamais vu. Il est vraiment splendide. Sa configuration le rend très humain. »

Une arène pareille, il faut arriver à la remplir. Une crainte déjà oubliée par l’organisateur puisque 3/4 des 24 000 places sont déjà partis en une vingtaine de jours seulement. «Pour nous, pour les organisateurs, pour le stade de Lille, c’est une vraie réussite. Remplir un stade n’est jamais gagné d’avance mais il faut oser. Le plus grand des risques pour un artiste est de ne pas en prendre. On a notamment opté pour le stade de Lille par proximité avec la Belgique, pour partager aussi avec elle. Un concert avec le public belge, c’est émotionnel! En attendant de faire un jour le stade Roi Baudouin, j’attends les Belges ici! »

D’abord supporter les Diables rouges au Brésil?

Et n’allez pas dire à Patriiiick qu’avec deux dates à Forest National en décembre et une autre au Wex de Marche-en-Famenne le mois dernier (il sourit en l’évoquant, faisant comprendre qu’il y a vécu un moment vibrant), cela ne vaut pas la peine de refaire le déplacement. «J’ai vu la configuration du concert sur maquette. C’est plus ample, avec une scène plus vaste. Le spectacle sera donc forcément différent. Et puis, pour l’occasion, il y aura des invités, des copains dont je vais taire le nom: on va garder la surprise jusqu’au bout! Par rapport aux dates précédentes, le spectacle aura évolué. On y apporte toujours de nouvelles idées, sans oublier qu’il y a une base complétée par des improvisations sur lesquelles je m’aventure. » De quoi contenter un public qui sera forcément très hétéroclite. L’une des spécificités des concerts de Bruel. «Le public est là depuis 25 ans. Il a dit aux autres de venir. Certaines épouses ont demandé aux maris de les accompagner. À force de les tanner, ils sont venus. Quand j’ai vu les publics très différents arriver, je me suis demandé si tout cela allait faire bon ménage… et c’est le cas! Sur scène, le spectacle est une synthèse de cette belle relation… » continue le chanteur qui ira d’abord en stades au Brésil. L’occasion pour ce fana de foot – surtout du PSG! – de se laisser aller à des pronostics. «Une Coupe du monde au Brésil, on en connaîtra qu’une. C’est tentant d’y être mais reste à savoir pour quels matchs. Cela dépendra de mon agenda. Je pense que la France ira en quart de finale contre l’Allemagne. Je pense aussi que la Belgique et la France peuvent se rencontrer. Ce n’est pas un mythe: tout le monde attend la Belgique! Avant le concert, je retourne aussi au championnat du monde de poker à Las Vegas après trois ans d’absence. Je viens de faire un très bon classement à Monaco… »

www.ticketnet.be – www.fnac.be