NASSOGNE

L’Observatoire royal ne veut pas du parc éolien

L’Observatoire royal de Belgique, représenté par le secrétaire d’État à la Politique scientifique, Philippe Courard, a introduit, hier lundi, une requête en annulation et une demande de suspension d’un arrêté du ministre wallon de l’Environnement du 3 mars 2014 autorisant la construction d’un parc éolien à Nassogne.

«Ce parc éolien est en effet de nature à porter directement atteinte aux activités d’observations développées par l’Observatoire, sur le plateau de Gerny à Humain, situé à quelques kilomètres du site prévu pour l’implantation des éoliennes», dénonce l’Observatoire par communiqué.

L’Observatoire royal de Belgique mène sur cette station des observations radioastronomiques de l’activité solaire qui sont indispensables à ses activités scientifiques et opérationnelles en météorologie spatiale. L’Institut d’Aéronomie spatiale de Belgique dispose également, sur le site d’Humain, d’instruments radio d’observation des météores et d’étude du plasma magnétosphérique.

«L’Observatoire a sonné l’alarme à plusieurs reprises»

Selon l’Observatoire royal de Belgique, les éoliennes produiraient sans aucun doute des interférences sur le site de la station. Les dommages sur la qualité des observations menées entraîneraient dès lors une perte irrémédiable de données et affecteraient ainsi gravement les recherches de l’Observatoire.

Les données radio astronomiques solaires sont par ailleurs également utilisées au sein d’un réseau international, et dans le cadre du SSA Space Weather Coordination Centre de l’Agence spatiale européenne (ESA).

«Une interruption des observations affecterait donc la qualité du service rendu par l’Observatoire au sein de ce réseau et vis-à-vis de l’ESA, prévient l’Observatoire. L’engagement et la réputation de l’Observatoire, en tant qu’établissement scientifique fédéral, en seraient ternis.»

M. Courard ajoute que «les recherches qui sont effectuées depuis le plateau de Gerny sont importantes et reconnues internationalement. Si elles devaient être perturbées, ce serait extrêmement dommageable pour l’Observatoire et sa réputation. L’Observatoire royal de Belgique a sonné l’alarme à plusieurs reprises: lors de l’enquête publique précédant l’octroi du permis pour la construction du parc éolien, il a envoyé une réclamation circonstanciée. Puis introduit un recours contre le permis unique délivré. Sans aucun effet. Reste donc le recours au Conseil d’État.»

Suivez notre page L'Avenir Luxembourg sur Facebook