VISÉ

Fusillade à Visé: un homme et un garçon de 9 ans abattus, la dame décédée aussi

Un homme et femme ainsi que leur filleul de 10 ans ont été abattus devant leur domicile vendredi soir. L'enquête se poursuit.
Les faits se sont déroulé dans une petite maison en face du hall sportif de Visé.
Les faits se sont déroulé dans une petite maison en face du hall sportif de Visé.

MISE A JOUR DIMANCHE

«C'est une famille connue à Visé. L'homme est le gérant d'une agence bancaire à Ans. Ses parents sont très impliqués dans le club de football local, comme bénévoles. Son frère par ailleurs est gérant de la maison de repos du CPAS. La dame décédée ce matin travaille aussi chez Fortis. C'est vraiment une famille sans histoire».

Petit garçon de 9 ans

Selon Marcel Neven, bourgmestre MR de Visé, rien ne peut encore expliquer ce qui a causé la fusillade violente qui a ébranlé le quartier du hall sportif de sa commune ce vendredi 18 avril, tard le soir. Un homme de 37 ans, Benoît Philippens, gérant de banque à Ans-Saint-Nicolas, a été abattu. Un petit garçon de 9 ans, vivant à Dolhain, a aussi été tué. Une dame, la compagne de l'homme et tante et marraine du garçonnet, Carol Haid, 37 ans également, est décédée des suites de ses blessures ce samedi, dans la matinée. Elle avait été touchée de trois balles dans le dos, précise une source judiciaire.

D'après les informations de l'enquête et certains témoins, une voiture attendait devant leur maison de la rue Berneau, non loin du hall sportif visétois. Quand la voiture des victimes est rentrée dans l'allée, des coups de feu ont été tirés depuis l'auto qui patientait. L'auteur des coups de feu est activement recherché.

Peu de détails sur les auteurs

Les enquêteurs de la police judiciaire fédérale (PJF) de Liège, qui ont repris l'enquête initiée par la police locale, disposeraient de très peu d'informations pour identifier le ou les auteurs. Certains évoquent la présence d'un seul tireur muni d'un pistolet automatique, d'autres s'étonnent qu'un impact de balle ait été relevé dans l'une des fenêtres du hall des sports. « Cela voudrait dire que l'auteur se trouvait déjà dans l'allée de l'habitation et attendait les victimes à côté de la maison », précise une source proche du dossier.

Règlement de compte ?    

 

Ce dimanche, l'enquête se poursuit mais il semblerait que la piste du règlement de compte soit privilégiée. Dans le journal 7Dimanche, une amie de Benoît témoigne. Elle raconte qu'il a eu une grosse altercation avec un client, il y a 6 mois. >Ce dernier avait même menacé le directeur publiquement. Il avait alors dû le mettre à la porte." Il y a 6 mois, il m'a expliqué qu'il avait eu une grosse altercation avec un client étranger qui se croyait tout permis. Il l'a mis à la portedevant tout le monde et ce dernier a proféré des menaces. Je ne dis pas que c'est lui bien sûr, mais c'est pour vous dire que le métier de banquiers n'est pas toujours facile."

"La police très impressionnée de voir les corps"

D'après les voisins, «le couple habitait depuis 5 ou 6 ans» dans sa petite maison. Ils étaient mariés depuis un peu plus d'un an. Le voisinage, choqué, répète qu'il s'agit d'une famille normale. «D'habitude, les fusillades dans la région, c'est souvent des histoires de drogue avec les Hollandais, puisqu'on n'est pas loin de la frontière», ose encore un riverain.

Le bourgmestre ne se prononce pas davantage sur les causes possibles de ce malheureux fait divers. Il note cependant que la profession de la victime, banquier, «pourrait peut-être» être liée au drame. Marcel Neven ajoute que c'est la première fois dans sa arrière de bourgmestre qu'il fait face à une telle violence dans un crime. «La police qui est arrivée sur le lieux vendredi soir était très impressionnée de voir les corps là, dans l'allée».

RAPPEL DES FAITS

Une voiture qui patiente

La fusillade a eu lieu vendredi soir à Visé. Les faits se sont déroulés non loin du hall omnisports de la ville.

Vers 23h, un homme, une femme et un enfant de 9 ans (et non pas 10 comme indiqué précédemment) rentraient chez eux, 41 rue Berneau. C’est alors que plusieurs coups de feu ont été tirés les visant dans leur allée (photo), depuis une voiture. Le petit garçon et l'homme de 37 ans sont morts dans la foulée. La dame, 37 ans également, a survécu à la nuit mais est décédée samedi dans la matinée.

Des douilles de plusieurs balles

De nombreux devoirs d'enquête sont évidemment en cours pour retrouver le ou les auteurs du triple assassinat, indique samedi le parquet de Liège. Les experts (photo) ratissent les environs. Les victimes ont chacune été atteintes de plusieurs balles.

«De nombreux devoirs d'enquête sont en cours», a précisé samedi le parquet de Liège. «Ni le nombre d'auteurs n'est connu, ni le moyen de locomotion utilisé par le ou les auteurs.»

Des douilles ont été retrouvées sur place, les victimes «ayant, semble-t-il, été abattues avec un pistolet». Chacune des victimes a été atteinte de plusieurs balles, a encore ajouté le parquet. «Aucune des victimes n'était connue de la justice.»

Un gérant de banque

Le bourgmestre de Visé Marcel Neven (MR, photo) a confirmé très vite l’information au micro de Bel RTL ce samedi matin. «Une voiture attendait à proximité de la maison. Quand les gens sont rentrés, un individu a tiré».

On saurait également que l’homme tué est actif dans le milieu sportif à Visé. L'agence Belga annonce par ailleurs que l'homme, un Visétois de 37 ans, serait gérant de l'agence BNP Paribas Fortis d'Ans-Saint Nicolas. «On ne connaît pas la vie de ces personnes, évidemment», note le bourgmestre. «Mais je ne leur connaissais pas de problèmes».

Les voisins choqués