NAMUR

Les filles de l’eau, au parc Louise-Marie

Nat Neujean avait 28 ans quand il a réalisé cette œuvre. Aujourd’hui, 63 ans plus tard, il la voit revivre…
Nat Neujean avait 28 ans quand il a réalisé cette œuvre. Aujourd’hui, 63 ans plus tard, il la voit revivre…-EdA

La sculpture monumentale de Nat Neujean retrouve sa place à Namur, après un vol, après un long débat judiciaire.

Nat Neujean a 91 ans. Ce sculpteur résidant à Bruxelles vit une revanche, même si l’esprit de l’homme n’est pas revanchard pour un sou.

Une de ses sculptures monumentales avait disparu du paysage namurois après l’incendie du casino de Namur, en 1980. On le lira ci-dessous, le créateur a fait un long pèlerinage, plein d’embûches, pour retrouver « Sambre et Meuse», cette magnifique composition, érotisante, qui montre deux femmes enlacées, comme deux ondines qui cherchent leur confluent.

Il faut créer la fontaine

Aujourd’hui, et après une longue procédure judiciaire visant la Ville de Namur, condamnée aux frais, l’œuvre est dans la résurrection. «La Ville de Namur a trouvé un lieu pour remettre la sculpture aux yeux du public.» Ce sera dans le parc Louise-Marie, entre le pont et l’étang. «Oui, confirme l’architecte communal Nicolas Kinkin, la décision du Collège est actée. » Plusieurs alternatives avaient été envisagées, comme le placement des deux muses fluviales au centre même de l’étang, sur une barge. Ce sera finalement sur la pelouse, mais avec un système de fontaine où l’eau coulera sur les mains.

Des réunions techniques doivent encore avoir lieu qui diront comment créer l’infrastructure nécessaire à l’aménagement du jeu d’eau: pas si simple, nous dit-on. Mais on avance.

Les dames de l’eau attendent

L’œuvre a déjà été livrée à Namur: elle est aujourd’hui stockée dans un entrepôt communal, en attente de son placement définitif. Le sculpteur ne cache pas son émotion, lui qui a dû reprendre le burin pour la remettre en état, avant d’envoyer le fondement dans une fonderie de Crisnée

Le groupe «Sambre et Meuse» a été réalisé en pierre de France moulée, procédé moins cher que la pierre brute. Il fait 1 m 80 de haut et autant de large; il pèse environ 500 kg. Le tribunal, en accord avec l’artiste, a autorisé que la nouvelle version soit réalisée en bronze. Les dimensions sont les mêmes, le poids supérieur: 8 à 900 kg. Mais la réalisation est plus facile que l’assemblage de pièces de pierre moulée, trop coûteux..

Suivez notre page L'Avenir Namur sur Facebook