Football - Promotion D

Tanguy Lempereur, la pépite verte

Tanguy Lempereur aura bientôt le plaisir de fouler officiellement le terrain 1 de Meux.
Tanguy Lempereur aura bientôt le plaisir de fouler officiellement le terrain 1 de Meux.-

À 16 ans, le jeune Meutois frappe aux portes de l’équipe promotionnaire. Un nom et une bouille à retenir! Découverte.

Il est pile à l’heure. Et comme un grand, il arrive seul au rendez-vous fixé il y a quelques jours en plein après-midi. Sa petite moto est bien garée devant la buvette de Meux, ce club qui l’a vu grandir. Sa houppette blonde ébouriffée et son sweat bleu à tirette sont en accords avec son âge. Jeunes, cool et insouciants.

Pourtant, dès les premiers mots échangés, sa maturité surgit. «J’ai l’habitude de fréquenter des personnes un peu plus âgées que moi», justifie Tanguy, gaucher formé à Meux, passé par l’Académie du Standard (2 ans) et l’UR Namur en cadets, avant de réenfiler la vareuse verte il y a quelques mois, un peu par hasard. «La fin de saison à Namur s’est terminée bizarrement. On était de moins en moins et je sentais que je n’avais pas tellement d’avenir dans ce club. J’ai ensuite passé et réussi des tests à Mons mais ça ne s’arrangeait pas avec l’internat, détaille le jeune habitant d’Emines. C’était impossible de faire les trajets quotidiennement donc j’ai laissé tomber et je suis revenu à Meux, juste avant le début de saison».

Des scolaires à la Promotion

Malheureusement, un souci administratif l’empêche actuellement de jouer en équipe première. Sans broncher, Tanguy ronge donc son frein en scolaire, catégorie trop petite pour lui. Son entraîneur, Pascal Lefranc, tapote alors sur l’épaule du coach de la Promotion, Marco Casto, et lui souffle l’idée de l’intégrer dans son groupe. «Je pense qu’il était réticent au début. Mais finalement, je m’entraîne avec la A depuis septembre et je joue les amicaux en plus du championnat U17.» Des scolaires à la Promotion, un autre monde!

«Je passais d’une équipe de jeunes où l’on parle de ses petites copines et des devoirs d’école à un groupe nettement plus âgé, payé, plus sérieux, et qui discute vie de famille, boulot, etc. Au premier entraînement, j’ai aussi mangé le gazon deux, trois fois (rires) mais j’ai été bien accueilli et conseillé par Nadir (Sbaa) et Benoît (Boutet) notamment.»

Rapide, technique et doté d’un pied gauche magique, Tanguy Lempereur arpente généralement les flancs mais peut aussi évoluer comme n°10, voire en 6. Il possède surtout une marge de progression très intéressante et représente brillamment l’excellente formation proposée à Meux.

Il chante Michel Sardou

Dans les prochains mois, c’est évidemment la transition physique et tactique qui pourrait s’avérer compliquée à gérer. Mais le n°12 meutois n’y pense pas pour l’instant. Bien dans sa tête et ses godasses, Tanguy refuse de se projeter trop vite trop haut. «Mon objectif est de devenir plus complet et de donner le maximum pour jouer en Promotion ou en P2 dès le mois d’août», espère l’étudiant en cinquième secondaire au collège Saint-Guibert et qui pense devenir… journaliste. «Ça a l’air cool ce que vous faites», lâche-t-il d’une spontanéité surprenante.

Avant de rentrer préparer ses devoirs, il nous confie avoir poussé la chansonnette devant le groupe promotionnaire lors du traditionnel bizutage. «J’ai choisi les Lacs du Connemara de Michel Sardou parce que c’ est simple à chanter et je connais les paroles», termine joyeusement Tanguy, la jeune pépite verte dont on réentendra certainement parler d’ici peu, balle au pied.