POLITIQUE

Présidents de parti: Magnette le plus suivi sur Twitter

-Reporters

Deux politologuesont réalisé une étude sur la popularitédes présidents de parti par le prisme de Twitter. Magnette est au top. Mais tweete peu.

À un peu moins de trois mois des élections, Gregory Piet (ULg) et Régis Dandoy (ULB) ont analysé le nombre de followers sur Twitter de chacun des présidents de parti mais aussi l’évolution de ce nombre ainsi que le nombre de tweets envoyés depuis l’arrivée sur le réseau social des patrons des formations politiques.

À ce petit jeu-là, c’est Paul Magnette (PS) qui remporte la palme. C’est lui qui est le plus suivi.

Mais il est de plus en plus talonné par la présidente de l’Open VLD, Gwendolyn Rutten qui est en pleine phase ascendante puisqu’elle a augmenté son nombre de followers de 19% depuis fin novembre 2013. Sans doute est-ce dû aussi au fait qu’elle est une tweeteuse folle: 35 592 tweets envoyés depuis son arrivée sur le réseau le 1er janvier 2011 alors que Magnette n’en a envoyé que 970 depuis… octobre 2009!

On notera cependant que le nombre de tweets envoyés n’est pas forcément en corrélation avec le nombre de followers. Ainsi, sur la troisième marche du podium des plus suivis, on retrouve Bart De Wever (N-VA) qui est présent depuis janvier 2010 et a envoyé… zéro tweet. Tout comme Bruno Tobback (sp.a). Question activité, dans le fond du panier, on retrouve aussi Olivier Maingain (11 depuis septembre 2013) et Benoît Lutgen (10 depuis juin 2013). On précisera que les présidents de parti flamands sont bien plus actifs que les francophones: ils envoient presque trois fois plus de tweets par mois! Mais le champion de l’activité tous partis confondus, c’est Charles Michel qui envoie en moyenne 86 tweets par mois contre 18 seulement à Paul Magnette, par exemple.

L’effet de campagne

L’étude des deux politologues révèle également un élément frappant: tous les présidents de partis ont pris conscience que leur présence sur Twitter était devenue une condition sine qua non d’une campagne électorale. La preuve? La moitié d’entre eux ont attendu 2013 pour se lancer dans la twittosphère. Paul Magnette (qui n’était alors pas président de parti) est, lui, présent depuis 2009. Et puis, depuis novembre 2013, on voit une nette augmentation du nombre de followers chez tout le monde. La plus forte progression? Benoît Lutgen (+96,4%). Il faut dire que le président du cdH ne comptait en novembre que 168 followers, alors qu’il s’était inscrit trois mois plus tôt…

Corrélation avec les sondages

Les deux politologues relèvent également un fait intéressant: il existe une forte corrélation entre la popularité sur Twitter et les derniers sondages d’intention de votes: dans 62% des cas, la popularité d’un président de parti s’explique par les intentions de vote données à son parti.

À propos des partis, on notera encore qu’il existe des antagonismes entre leur popularité sur Twitter et celle de leur président. Ainsi, si Magnette est champion sur le plan personnel, le PS est à la ramasse en termes de followers par rapport, par exemple, au MR et même à Écolo alors que Charles Michel et Emily Hoyos sont loin derrière Magnette sur le plan personnel. Quant au cdH, sa présence est quasiment insignifiante sur Twitter. Ce qui, là par contre, est en cohérence avec le peu de visibilité de Benoît Lutgen.