Une dictée pour bien démarrer 2014

La première demi-finale de la Dictée du Balfroid 2014 aura lieu dans moins de trois semaines. Voici une dictée préparatoire.

Allez! On s’y remet avec le Nouvel An. Cette troisième dictée vous permettra d’avancer encore un peu plus avant la vraie dictée.

Doubles consonnes

Pour savoir quand on redouble une consonne, il faut faire appel à sa mémoire et avoir recours au dictionnaire.

– apprennent: deux «p» sont nécessaires et deux «n» comme dans tous les verbes de ce groupe: viennent, retiennent, conviennent.

– ponctuellement: deux «l», pour la bonne prononciation d’ailleurs.

– pourrait: deux «r», spécialité du verbe pouvoir au conditionnel présent.

– permettait: deux «t», pour la raison indiquée dans ponctuellement.

– appréciation: deux «p», comme dans beaucoup de mots commençant par «ap».

– il s’agissait: verbe du deuxième groupe, toujours deux s, comme finissait, blanchissait.

– moisson: deux «s», aussi pour la bonne prononciation.

Des adverbes pareils à eux-mêmes

Tout de suite, on remarque que les adverbes, quand on les reconnaît (reconnait), restent invariables.

– Aujourd’hui, autrefois, si, Maintenant, souvent, plus, moins, ponctuellement ; en général, on forme les adverbes en «ment» en mettant d’abord l’adjectif dont ils dérivent au féminin: ponctuel – ponctuelle – ponctuellement.

Les adverbes en «emment», «amment», se forment d’après l’adjectif qualificatif. Si celui-ci se termine en «ent», on aura «emment»: conscient, consciemment.

Par contre, s’il se termine par «ant», on écrira amment: vaillant, vaillamment.

Le participe passé

Le seul participe passé du texte n’est pas si simple: «acquise», du verbe acquérir, se conjugue avec l’auxiliaire avoir et s’accorde avec «qu’», placé devant, mis pour expérience.

Des pronoms

– nous: est complément d’objet indirect, n’intervient pas dans l’écriture de apprennent qui le suit.

– se: pour former le pronominal se contentaient; devant un verbe, il faut toujours écrire «se» et non «ce».

– Ils: remplace paysans et indique l’accord du verbe se trompaient.

– on: pronom indéfini, donne le verbe pourrait au singulier.

– le: complément direct du verbe croire; devant un verbe, il est toujours pronom et jamais article.

– leur: devant un verbe reste toujours invariable.

– Ils: sujet de «avaient».

– il: sujet de «s’agissait».

– certains: devant un verbe est pronom indéfini; ici, il est sujet de reproduisaient.

En voici assez pour bien vous remettre au travail en cette nouvelle année que je vous souhaite réussie et pleine de joie.

 

En scrutant le ciel

Aujourd’hui, les météorologues nous apprennent ponctuellement les variations du temps. Autrefois, les paysans se contentaient de scruter le ciel.

Ils se trompaient sans doute, mais pas si souvent qu’on pourrait le croire.

La longue expérience qu’avaient acquise les anciens leur permettait une appréciation plus ou moins juste.

Ils avaient besoin de prévisions quand il s’agissait de rentrer la moisson.

Ils lisaient dans la forme des nuages et le coucher du soleil plus ou moins rouge ou cerclé de brume.

Maintenant, les agriculteurs se fient à la météo, même si certains reproduisent les vieux dictons et ont souvent raison.