Balfroid : une première dictée pour se préparer

Encore une nouvelle année pour faire preuve de nos capacités orthographiques. Nous démarrons avec une gentille petite dictée, à l’image des grandes vacances passées.

+ La dictée au bas de l'article

La grande règle apprise dès la troisième année primaire est celle de l’accord du verbe avec son sujet.

Les enfants s’agitent; Les vallons s’enchaînent (s’enchainent); Un village surgit et pointe son clocher; Les particularités n’ont pas échappé; nous nous arrêtons.

Si le sujet du verbe est au singulier,celui-ci suivra, de même que si le sujet est au pluriel, le verbe le sera aussi.

À la troisième personne du pluriel, le verbe prend presque toujours «ent» (s’agitent, s’enchaînent, n’ont pas échappé).

Nous nous arrêtons, première personne du pluriel: toujours «ons,» quel que soit le groupe.

Le sujet est au singulier: là, il faut vérifier s’il faut un «e», un «t», voire un «d» à la troisième personne du singulier.

Tout dépend du groupe du verbe: pointe, du premier groupe, prend «e»; surgit du deuxième groupe, lui, prend «t». On pourrait aussi rencontrer un «d» (il descend) ou un «a», plus rare (il va).

Un peu moins simple

Le trajet les ennuie: c’est la troisième personne du singulier. Il ne faut pas se laisser piéger par le pronom personnel les qui précède le verbe et est complément direct.

les parents leur font remarquer : troisième personne du pluriel pour le verbe faire du troisième groupe; ici, leur est pronom personnel, complément indirect et ne prend jamais de «s».

La beauté… les laisse: même remarque que dans le premier cas cité.

son clocher vous fait égale son clocher fait un clin d’œil à vous (complément indirect).

Encore plus pointus

Il s’agit, bien sûr, des participes passés!

qui ont succédé: du verbe succéder, intransitif, donc sans complément direct. Celui-ci restera toujours au singulier.

que les plus jeunes n’ont pas enregistrées : enregistrées est un participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir; son complément direct que, mis pour particularités, se trouve devant et justifie le «ées» de la finale du mot.

Leur ou leurs ?

Les deux cas se présentent ici.

leur font: devant un verbe, leur ne prend jamais de «s»; il est pronom personnel. Retenez-le bien.

leurs parents : devant un nom, au singulier ou au pluriel, ce déterminant possessif le sera aussi.

Voici déjà une belle révision qui, croyez-le bien, n’a rien d’inutile. On laisse souvent un «s» ou un «ent» dans sa plume! Bonne première préparation!

Au retour des vacances


Les enfants s’agitent, car le trajet de retour les ennuie. La beauté des paysages que les parents leur font remarquer les laisse indifférents. Pourtant, revenant du sud de la France, on a l’occasion de s’en mettre plein la vue.

Les vallons qui ont succédé aux montagnes s’enchaînent (enchainent) les uns après les autres.

Un village surgit de nulle part et pointe son clocher qui vous fait un clin d’œil.

Les particularités régionales, que les plus jeunes n’ont pas enregistrées, n’ont pas échappé à leurs parents.

C’est encore un peu les vacances quand nous nous arrêtons pour pique-niquer (piqueniquer) avant de rentrer à la maison.